Hyundai Kona EV incendié à Daegu

Source : The Korea Herald

Le ministère coréen des Transports enquête après l’incendie d’un Hyundai Kona EV qui avait été revu dans le cadre de la procédure de rappel d’octobre dernier.

Il s’agit du premier cas recensé de départ de feu pour un exemplaire contrôlé à la suite du rappel initial touchant le SUV électrique Kona de Hyundai. Les véhicules électriques avaient été livrés un peu partout sur la planète entre septembre 2017 et mars 2020.

À l’époque, une fabrication défectueuse de cellules de batterie fournies par LG Chem était suspectée, après une douzaine de sinistres rapportés. Hyundai avait immédiatement évalué à un peu plus de 25 500 unités le nombre de Kona EV à vérifier en Corée du Sud. Un volume rapidement révisé à 77 000 voitures électriques Hyundai à rappeler à l’échelle mondiale, dont 3 000 pour la France.

Si quelques packs lithium-ion ont été échangés dans le cadre de cette procédure, la majorité des voitures électriques révisées n’ont fait l’objet que d’une mise à jour de logiciels. C’est le cas de celle qui a subi un départ d’incendie il y a quelques jours, en cours de recharge sur une borne de Daegu, en Corée du Sud.



Une enquête va être menée par l’autorité coréenne de la sécurité des transports. Il s’agit à la fois de déterminer la cause de ce nouveau sinistre, et d’évaluer si le rappel initial effectué par Hyundai était suffisant et bien ciblé.

Cette nouvelle affaire devrait conforter LG Chem dans sa position. Le fournisseur de batteries avait immédiatement indiqué que ses cellules n’étaient pas en cause.