Euro NCAP n’accorde que 4 étoiles en matière de sécurité à la première voiture électrique de série commercialisée par Honda. Sans être véritablement catastrophiques, les notes reçues ne sont pas reluisantes.

Protection des adultes

Concernant la protection des adultes, la Honda e ne décroche que 76 %. Seules 2 autres voitures électrique ou hybride testées par l’organisme européen depuis 2017 font pire : le nouveau SUV chinois Aiways U5 (73 %) et la Citroën e-Mehari (74 %) qui n’est plus commercialisée.

Il est ici reproché à la citadine électrique des structures potentiellement blessantes, en cas de collision, au niveau du tableau de bord, pour les fémurs et genoux des 2 passagers avant. En outre, dans certains cas, ont été jugées marginales ou médiocres les protections de la poitrine et de la jambe droite du conducteur. En cas de choc latéral, la projection du corps des occupants peut poser problème également.

Protection des enfants

Avec 82 % attribués pour la protection des enfants, la Honda e fait tout de même mieux que la Toyota Yaris, le Tesla Model X et le Jaguar I-Pace qui ont tous les 3 reçu une note de 81 %. Euro NCAP a globalement remarqué un bon comportement à ce niveau pour la citadine électrique japonaise. C’est lors du test de barrière latérale que des protections ont été identifiées comme insuffisantes au niveau de la poitrine et de la tête.

Publicité


Lire aussi : Honda e

Usagers vulnérables de la route

La note de 62 % attribuée à la protection des usagers vulnérables de la route est en revanche particulièrement basse. En dessous, parmi les modèles électrifiés, on ne trouve depuis 2017 que le Aiways U5 (45 %), la Citroën e-Mehari (48 %) ainsi que la Volkswagen e-up! et ses déclinaisons Seat Mii et Skoda Citigo (46 %). À noter que la dernière ne figure plus au catalogue de son constructeur.

Globalement, la Honda e s’est bien défendue dans cette catégorie. Mais sa note a été sérieusement dégradée pour une raison principale : une mauvaise protection du bassin des piétons touchés par le bord avant du capot.

Aide à la sécurité

Les 65 % concernant les aides à la sécurité sont également très bas en comparaison des résultats obtenus par les autres voitures électriques ou hybrides testées par Euro NCAP. Ses dispositifs de freinage d’urgence, de détection des limitations de vitesse et de maintien dans la file se sont bien comportés la plupart du temps. En revanche, la Honda e n’a pas réagi lorsqu’on lui a demandé de tourner alors que sa trajectoire couperait celle d’un véhicule arrivant en face.

Avis de l'auteur

Il est toujours très délicat de parler d’un véhicule qui décroche des notes moyennes à des tests de sécurité. D’un côté, minimiser les mauvais résultats peut faire porter une certaine responsabilité en cas de blessures importantes ou de décès survenus à la suite d’un accident. De l’autre, le risque est de pointer trop négativement un véhicule qui ne serait finalement pas si mauvais.

Les tests se sont durcis il y a quelques mois. Deux ou trois ans en arrière, la Honda e aurait vraisemblablement obtenu ses 5 étoiles. Globalement, ce n’est pas une voiture dangereuse. Mais il est vrai que seuls le Aiways U5 ainsi que la Volkswagen e-up! et ses déclinaisons Seat Mii et Skoda Citigo font moins bien qu’elle en ayant été soumis en 2019 aux tests de mêmes niveaux de difficulté.

Il est curieux de constater que la citadine électrique est la voiture qui aura reçu chez Honda les moins bonnes notes attribuées par Euro NCAP depuis 2009 ! Le volet sécurité aurait-il été bâclé au profit des nouveautés technologiques ? Le constructeur a-t-il voulu rester au plus proche du concept de base dont les lignes avaient été quasi unanimement encensées ? Espérons au moins qu’il ne s’agissait pas dès le départ de torpiller en interne cette charmante citadine électrique.

Quoi qu’il en soit, si cette voiture vous intéresse vraiment, il ne faut peut-être pas trop rapidement la mettre de côté à la suite du bilan diffusé par Euro NCAP. Prenez au moins le temps de visionner la vidéo des crash-tests et de découvrir toutes les appréciations de l’organisme.


Publicité