La Citroën Ami veut perpétuer l’esprit de la 2CV à l’ère de l’électrique. De quoi donner des idées aux designers indépendants qui imaginent la Méhari du futur.

Si son style est très différent de celui de son illustre devancière, la Citroën Ami compte rejouer la même carte pour se faire une place dans le segment des voitures électriques en étant simple et accessible à la très grande majorité des automobilistes.

Mais il est toutefois peu probable qu’elle puisse faire renaître un jour la Méhari. Son capital sympathie laisse le champ libre à toutes les imaginations. La dernière en date est celle d’Alexandre Pain, un designer indépendant, qui a décidé de décapsuler la Citroën Ami et de lui offrir tout un équipement pour fouler le sable des plages.

Publicité


Plus proche du buggy surmotorisé que de la frêle voiture des plages

Le Citroën ME Concept s’inscrit dans la trajectoire du Volkswagen ID.Buggy. Cependant, alors que l’étude allemande évoque assez bien les lignes du célèbre Ritter, la proposition du designer s’éloigne de la Méhari originale. Et c’est là tout le génie de cette proposition qui, à l’image de l’Ami, évoque un état d’esprit plutôt qu’un style.

Comme la Mehari, cette voiture adopterait une coque retravaillée adaptée au châssis de la base. Celui-ci semble toutefois allongé afin de pouvoir embarquer une batterie de 22 kWh, pouvant viser les 200 km d’autonomie, ainsi qu’un plus gros moteur pour viser les 80 km/h. Soit la polyvalence nécessaire à un véhicule de loisir.

Publicité