Interrogé par BFM, le PDG du groupe PSA s’est exprimé sur la technologie hydrogène arrivant en 2021, mais aussi sur l’accueil par les clients des nouvelles technologies, entraînant « des tensions ».

Au Salon de Francfort, si les marques Peugeot, Citroën et DS étaeint absents, PSA restait présent via sa nouvelle filiale Opel. Carlos Tavares, son PDG, était interviewé par BFM au sujet de l’hydrogène, faisant partie du plan 2019-2021 dévoilé en février.

« C’est une technologie qui nous intéresse vraiment » confirme Tavares, « je peux vous annoncer qu’en 2021 nous allons faire les premiers tests grandeurs nature de vente de véhicules à hydrogène du groupe PSA ». Le PDG précise :

« Les premiers résultats sont très prometteurs donc nous pensons que cette technologie a de l’avenir. Dans un premier temps pour servir les flottes de véhicules qui reviennent à un point fixe tous les jours parce qu’il y a une infrastructure de chargement qui est coûteuse. »

Publicité


« Il y aura des expérimentations qui se feront d’abord dans les véhicules utilitaires », confirme le PDG. En effet, Opel a déjà précisé que son Zafira Life fera partie du programme hydrogène de PSA. Le centre de R&D de Rüsselheim, qui travaillait sur l’hydrogène dès la fin des années 1990 chez GM, est en charge du projet. « C’est une première tentative pour tester l’attente des consommateurs » poursuit Tavares, oubliant les Peugeot 207 e-pure (2006) ou les prototypes HydroGen4 (jusqu’en 2014).

L’acceptation du client au centre de l’attention

« Pour l’hydrogène comme pour l’électrique, on est revenu au même point de départ : où est l’infrastructure qui va rassurer les clients sur le fait qu’ils peuvent recharger leur véhicule électrique ou réservoir à hydrogène avec une densité du réseau suffisante ? » interroge le patron du constructeur, « ll faut donc avoir une vision 360°, sur l’énergie, la fiscalité, l’empreinte carbone de fabrication des batteries, de l’hydrogène et des véhicules. »

« Nous allons rentrer dans une période extrêmement agitée entre maintenant et 2030 » avoue C. Tavares, « Il va y avoir des enjeux technologiques, de qualité, de coût pour les utilisateurs donc il faut que les véhicules restent abordables pour que les classes moyennes de nos sociétés puissent protéger leur liberté de mouvement ».

« Les citoyens ont voté dans une certaine direction, nous sommes là pour servir cette intention » ajoute le dirigeant, avant de continuer avec un certain scepticisme « peut-être que les citoyens n’ont pas compris l’ensemble des changements que leur vote porte implicitement et ils vont le découvrir au fur et à mesure que les choses vont se dérouler devant leurs yeux ».

L’opel Zafira Life se convertira à l’hydrogène en 2021

Publicité