Tesla Model 3 Autopilot

Essayer Autopilot : Tesla doit répondre sur les freinages fantômes avant le 20 juin ?

Configurez votre véhicule Autopilot : Tesla doit répondre sur les freinages fantômes avant le 20 juin ou demandez un essai gratuitement.

Comme on pouvait s’y attendre en début d’année, Tesla va devoir se justifier au sujet de l’Autopilot. L’autorité américaine des transports (NHTSA) reçoit de plus en plus de plaintes au sujet des freinages fantômes.

L’année dernière, plusieurs propriétaires de Tesla se sont plaints de subir des freinages inattendus. L’Autopilot perçoit parfois des obstacles qui n’existent pas et les voitures électriques peuvent freiner violemment sans raison.

Après que les premières plaintes sont arrivées, les usagers ont été de plus en plus nombreux à dénoncer le problème. En fin d’année 2021, la NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) recensait plusieurs dizaines de plaintes par mois.

La NHTSA avait d’abord annoncé se pencher sur le sujet, sans en dire davantage. Par la suite, un de ses départements avait ouvert une enquête sur le problème, confirmant qu’il créait une inquiétude en matière de sécurité.

À lire aussi Accident mortel en Tesla : le chauffeur de taxi parisien porte plainte

L’autorité a ainsi posé une série de questions à Tesla, puisqu’elle révèle avoir reçu un total de 758 plaintes. Par la même occasion, la firme d’Elon Musk a reçu une date limite pour y répondre.

« La réponse de Tesla à cette lettre, avec une copie de toute demande de confidentialité, doit être soumise à ce bureau avant le 20 juin 2022 », peut-on lire. « La réponse de Tesla doit inclure toutes les pièces jointes non confidentielles et une version expurgée de tous les documents contenant des informations confidentielles. »

Avis de l'auteur

Le problème des freinages fantômes de l’Autopilot est en effet à résoudre de toute urgence. Pour l’avoir nous-mêmes expérimenté au volant d’une Model 3, ce freinage soudain peut avoir des conséquences dramatiques sur autoroute.

Après avoir nié un quelconque défaut à ce sujet, Tesla doit désormais faire face à des plaintes multiples. Leur grand nombre confirme qu’il s’agit bien d’un problème récurrent en lien avec l’Autopilot.

Nul doute que les ingénieurs de la marque sont à pied d’œuvre pour y remédier, au moins dans la théorie. Sans une réponse satisfaisante, la NHTSA pourrait ainsi retirer à Tesla son droit d’exploiter l’Autopilot aux États-Unis.