Après Ferrari et McLaren, c’est au tour d’Aston Martin d’entrer dans le futur avec la Valhalla hybride rechargeable dont l’autonomie électrique est limitée à… 15 kilomètres.

L’électrification totale est inévitable pour les plus puissantes supercars de la planète. Mais en attendant ce nouveau chapitre dans leur histoire, elles passent par la case hybride rechargeable. Après la Ferrari SF90 Stradale ou la McLaren Artura, c’est à Aston Martin d’arriver dans le segment avec la Valhalla.

Étroitement dérivé du concept éponyme, le coupé anglais embarque une motorisation hybride rechargeable. Elle se compose d’un V8 4,0 l biturbo de 750 ch d’origine Mercedes-AMG, associé à deux moteurs électriques d’un total de 204 ch (150 kW). Ce qui, d’après la fiche technique communiquée, offre à l’Aston Martin Valhalla une cavalerie totale de 950 ch pour 1 000 Nm de couple.



Une autonomie électrique symbolique

La capacité de la batterie n’a pas été communiquée par Gaydon, mais la sportive annonce une autonomie électrique de… seulement 15 km, et ce jusqu’à 130 km/h. À titre de comparaison, la SF90 revendique 25 km alors que l’Artura vise les 30 km, et ce avec des batteries de 7,9 kWh et 7,4 kWh respectivement.

Opérée par un système 400v, la fonction rechargeable sert plus que jamais d’alibi à la sportive pour continuer de viser des performances d’un autre monde, sans être inquiétée par l’administration. Mais le 0-100 km/h en 2,5 s et la vitesse maximale de 330 km/h ne suffisent plus à Aston Martin : la marque projette de passer sous la barre des 6’30 sur le Nürburgring. Le record actuel appartient à une Porsche 911 GT2 RS avec un tour en 6’43’’30…