Construite sur la même plateforme que la Chevrolet Bolt, l’Opel Ampera-e n’échappe pas à la campagne de rappel qui touche la voiture américaine. En Allemagne, 1 500 exemplaires de la citadine à l’éclair vont devoir repasser à l’atelier.

Coupée dans sa lancée par le rachat d’Opel par le groupe français PSA, l’Ampera-e a tout de même été écoulée à quelques milliers d’exemplaires sur le Vieux Continent. Conçue sur la même base technique que la Chevrolet Bolt, elle hérite des mêmes déboires techniques que sa cousine américaine dont près de 70 000 exemplaires font l’objet d’une campagne de rappel en raison d’un potentiel risque d’incendie au niveau de la batterie.

En Allemagne, près de 1 500 exemplaires de la voiture électrique d’Opel vont devoir repasser en concession. Comme pour la Bolt, la procédure consistera à installer une mise à jour qui limitera à 90 % le niveau de charge maximal de la batterie. Ayant pour objectif de « réduire le risque », l’opération aura pour conséquence de réduire l’autonomie pour l’utilisateur. En attendant que la mise à jour soit déployée, Opel invite ses clients à limiter le niveau de charge maximal par le biais du système d’infodivertissement.

Aux États-Unis, l’autorité américaine en charge de la sécurité routière, le NHTSA, a ouvert une enquête mi-octobre suite à plusieurs cas d’incendies survenus sur la Chevrolet Bolt. Dans son avis de rappel, l’organisme américain invite les propriétaires à ne pas garer leur voiture dans leur garage ou à proximité de lieux d’habitation ou d’un autre véhicule.