Bientôt un bonus-malus selon le poids des voitures ?


Publicité

Pour faire baisser les émissions de CO2, France Stratégie préconise de créer un système de bonus-malus en fonction du poids des voitures. Selon l’institution rattachée à Matignon, il est impératif d’enrayer l’appétit des automobilistes pour les SUV, limiter la production de « tanks » électriques et la course aux batteries de très grandes capacités.

A chaque lancement d’une voiture électrique à grande batterie, vous êtes nombreux à dénoncer dans les commentaires une « course à l’autonomie » et la masse souvent démesurée des véhicules. Des critiques pertinentes puisque France Stratégie vient de publier une note d’analyse à ce sujet. L’organe dépendant du premier-ministre pointe du doigt la hausse continue des émissions de CO2 du secteur des transports en Europe : +28% entre 1990 et 2017. Pour enrayer cette augmentation, limiter les rejets à l’échappement ne suffirait pas. La politique de seuils d’émissions imposés par l’Union européenne aux constructeurs serait même « un échec ».

Une baisse « factice » des émissions de CO2

En effet, si les rejets de CO2 ont diminué de 30% entre 2001 et 2017 d’après les tests d’homologation en laboratoire, ils n’auraient baissé que de 10% en conditions de conduite réelles.

« Les deux tiers de la baisse depuis 2001 sont factices » accuse Nicolas Meilhan, l’auteur de la note. Selon ce consultant spécialisé dans les transports et l’énergie, il faudrait donc créer un bonus-malus supplémentaire, indexé sur la masse des voitures. Un système déjà utilisé en Norvège qui aurait « un impact direct sur la principale cause de la consommation d’énergie des voitures et limiterait les velléités de contournement des prescriptions par les constructeurs ».

17.500 euros de malus pour l’Audi Q7

Dans ce pays, une Audi Q7 de 2,2 t est alourdie d’un malus de 20.000 euros contre 1000 euros pour une Smart Fortwo d’environ 900 kg. En s’inspirant de ce modèle, Nicolas Meilhan suggère à l’Union européenne de créer un bonus-malus qui permettrait à une ForTwo « de bénéficier d’un bonus de 1500 euros à l’achat tandis qu’une Audi Q7 devrait s’acquitter d’un malus de 17.500 euros ».

En France, ce système s’additionnerait à celui existant indexé sur les émissions de CO2. Selon l’auteur, la mesure inciterait les constructeurs à développer des voitures plus légères et donc plus sobres en énergie et freinerait le développement des SUV et des « tanks électriques de plus de 2 tonnes au gain environnemental plus que limité ». Aujourd’hui éligible à un bonus écologique de 6000 euros, une Audi e-Tron « coûtant plus de 80.000 euros et pesant 2,5 tonnes, dont 700 kg de batteries, devrait alors s’acquitter d’un malus de 10.000 euros, correspondant à la composante poids de ce bonus-malus appliqué à son poids hors batterie » explique t-il.

Un retour aux batteries de petite capacité ?

La note prône aussi l’utilisation de voitures électriques équipées de petites batteries, citant la Valeo e-city et sa consommation particulièrement faible de 8 kWh/100 km ainsi que la Renault Zoé 22 kWh. De tels véhicules permettent « de couvrir la grande majorité des trajets du quotidien et [pourraient] donc remplacer la seconde voiture, souvent d’occasion, que possèdent 30% des ménages français » souligne le document.

La réduction de la capacité des accumulateurs est également encouragée. Ainsi, la batterie de 75 kWh d’une Tesla Model 3 pourrait couvrir 80% des usages de cinq voitures « si elle était répartie équitablement en cinq batteries de 15 kWh » d’après l’auteur. De la sorte, l’économie d’énergie n’est plus seulement réalisée au cours de l’utilisation du véhicule mais aussi lors de sa fabrication. Une grande batterie implique effectivement une plus forte consommation de ressources lors de sa fabrication.

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2021 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre