A première vue, on dirait un skateboard futuriste. Une planche noir carbone aux lignes épurées et quelques câbles oranges qui marquent sa vocation électrique. Il s’agit en réalité de « FW-EVX » , un nouveau châssis développé par le spécialiste de l’ingénierie automobile Williams Advanced Engineering. Il pourra être utilisé par des constructeurs pour simplifier le développement de nouveaux véhicules électriques.

L’adaptabilité, c’est ce qui a guidé les ingénieurs de Williams Advanced Engineering (WAE) dans la conception de leur nouveau châssis pour véhicules électriques « FW-EVX ». La marque espère en effet le voir intégré à une large gamme de véhicules. Pour cela, elle a créé une structure en matériau composite capable notamment d’accueillir jusqu’à quatre moteurs électriques.



Un réseau de refroidissement à air intégré

Compacte, la partie centrale en fibre de carbone permet de répartir efficacement la batterie sous toute sa surface. Cette meilleure gestion de l’espace permet d’intégrer plus de modules et donc d’étendre l’autonomie des véhicules électriques. Un réseau de tubes latéraux canalise également l’air frais de l’avant vers l’arrière via de discrets radiateurs afin de refroidir les composants.

Selon le directeur général de WAE, ce nouveau châssis permet d’alléger la masse d’un véhicule électrique et de le rendre plus sûr et plus « vert » par rapport à un châssis conventionnel. A l’avant et à l’arrière, des éléments de déformation sont conçus pour amortir les chocs en cas d’accident. Le châssis est aussi équipé pour recevoir de nouvelles suspensions développées en parallèle par WAE.

Des suspensions en fibre de carbone recyclée

Il s’agit de triangles de suspensions en fibre de carbone compacte recyclée. L’élément, à la fois solide et léger, peut également intégrer des capteurs sans-fil. D’après le directeur de l’entreprise Craig Wilson, leur coût sera au même niveau que celui des modèles classiques en aluminium pour de bien meilleures performances.

Le nouveau châssis développé par WAE doit permettre aux constructeurs automobiles de sortir plus facilement de nouveaux modèles de véhicules électriques. En leur épargnant des phases de développement en interne coûteuses et chronophages, l’élément devrait avoir leur faveur.