Récemment mise à jour, la Volkswagen e-Golf disparaîtra du catalogue de la marque allemande fin 2019. Une façon de céder la place à la compacte ID, attendue en 2020…

Attendue entre fin 2019 et début 2020, la Volkswagen Golf 8 n’aura plus droit à sa version 100 % électrique et devra se contenter de la GTE, sa déclinaison hybride rechargeable.



Pour Volkswagen est avant-tout stratégique puisqu’il s’agit de céder la place au premier modèle de la gamme ID, attendu en 2020. « Le voyage vers la mobilité électrique débutera avec l’ID qui, au format de la Golf, sera lancée à partir de 2020 » a expliqué le directeur des ventes de Volkswagen, Jürgen Stackmann, au site australien Drive.

Présenté en 2016 au Mondial de Paris, le concept ID est animé par un moteur de 170 chevaux et autorise une charge en Combo jusqu’à 150 kW. « Notre objectif est d’offrir une autonomie normalisée entre 400 et 600 kilomètres, ce qui donne entre 300 et 450 kilomètres d’autonomie réelle » a précisé le représentation de la marque. Si Volkswagen n’avait pas indiqué à l’époque les caractéristiques de la batterie, on peut estimer sa capacité entre 50 et 70 kWh.

Attendue en 2020, la compacte ID remplacera l’actuelle Volkswagen e-Golf

Pas plus chère qu’une Golf diesel

Destinée à succéder à l’actuelle e-Golf, dont l’autonomie a été portée cette année à 300 kilomètres grâce à une nouvelle batterie de 35,8 kWh, cette nouvelle compacte électrique ne devrait pas coûter plus cher qu’une Golf diesel. Un gros challenge qui passera par d’importantes économies d’échelles pour réduire l’écart de prix. Aujourd’hui, une e-Golf coûte plus de 10.000 euros de plus qu’une déclinaison diesel.

Pour Volkswagen, c’est la nouvelle plateforme MEB qui permettra de réduire les coûts. Entièrement conçue pour les véhicules électriques et appelée à équiper l’ensemble des modèles de la famille ID, celle-ci sera moins chère à produire mais aussi beaucoup mieux « intégrée » que les systèmes actuels. « Si vous regardez la batterie de la MQB [celle de la Golf actuelle ndlr], elle est répartie partout. Cela à l’air fantastique mais ce n’est pas vraiment optimal » a précisé Jürgen Stackmann.