A quelques semaines de la publication du décret introduisant les modalités et les montants du bonus 2020, constructeurs et acteurs du monde de la mobilité électrique appellent au maintien du bonus à 6000 euros pour tous.

Si le bonus de 6000 euros accordé lors de l’achat d’une voiture électrique a été relativement préservé au cours des dernières années, tout devrait changer en 2020. S’il faudra attendre la publication officielle du décret pour connaitre les modalités d’application, le gouvernement s’oriente aujourd’hui vers un fonctionnement à deux barèmes. Un nouveau dispositif dans lequel seront séparés particuliers et personnes morales et qui évoluera en fonction du prix du véhicule. Dans tous les cas, le gouvernement s’oriente aujourd’hui vers une suppression du bonus pour les véhicules dont le montant est supérieur à 60.000 euros.

Bonus 2020 – Scénario envisagé par le gouvernement

Prix d’achat Bonus 2019 Bonus 2020 Bonus 2020
    Particuliers Personnes morales
Jusqu’à 45.000 € 6000 € 6000 euros 3000 euros
45.000 € – 60.000 € 6000 € 3000 euros3000 euros
Plus de 60.000 € 6000 € 0 euro 0 euro

« Souhaitée par le Gouvernement, la forte baisse du bonus écologique en particulier pour les entreprises et les collectivités sera de nature à déstabiliser le marché français des véhicules électriques alors même que l’année 2020 doit être un réel tournant » avertissent une vingtaine d’acteurs de l’écosystème regroupés autour de l’AVERE France dans un courrier adressé au Premier Ministre.

De gros risques pour les flottes

Alors qu’elles représentent aujourd’hui 63 % du volume de ventes de véhicules particuliers électrifiés et 98 % des ventes du segment utilitaire, les entreprises seraient les grandes perdantes de ce nouveau barème.

Avec un bonus réduit de moitié, le fragile équilibre lié au coût total de possession (TCO) pourrait ne plus être atteint. Une situation d’autant plus critique pour les gros utilitaires et les véhicules haut-de-gamme destinés aux marchés des taxis et des VTC. Généralement vendus à des tarifs supérieurs à 60.000 euros, ils seraient exclus du bonus 2020.

« Alors que la Loi d’orientation des mobilités fixe des objectifs de décarbonisation du transport et de verdissement des flottes, la volonté du Gouvernement de baisser de moitié le bonus écologique pour la cible professionnelle va à contrecourant de la dynamique initiée » alerte l’écosystème qui estime nécessaire le maintien du bonus à 6000 euros tant que la parité des coûts entre véhicules thermiques et électriques ne sera pas atteinte.