Conçus sur la base des Peugeot e-Expert, Citroën ë-Jumpy et Opel Vivaro-e, les fourgons à hydrogène de Stellantis entameront leurs premières livraisons fin 2021.

Chez Stellantis, ou plutôt ses anciens groupes, l’hydrogène était anecdotique. Pourtant, cette technologie a été à l’étude pendant des décennies. Dans les années 2000 notamment, elle a donné plusieurs prototypes et concept-cars, que ce soit chez PSA ou Opel (sous GM). Malheureusement, aucun n’a passé le stade de la production.



Pour 2021, le constructeur franchit enfin le cap. Lors d’une conférence de presse en ligne, Stellantis a annoncé ses tout premiers véhicules à hydrogène de série.

Une conversion de ses fourgons électriques

Pour débuter, Stellantis s’appuie sur ses utilitaires de taille intermédiaire : Peugeot Expert, Citroën Jumpy et Opel Vivaro. En plus de leur version électrique, ces fourgons mutent donc en hydrogène. Le but : réduire les coûts de développement via une plateforme et des véhicules spécifiques.

Leur système est conçu par Faurecia (ancienne filiale PSA) et Symbio (désormais coentreprise de Faurecia et Michelin). Pour l’architecture, ce n’est ni de l’électrique à prolongateur d’autonomie, ni un système hydrogène imposant comme chez Toyota ou Hyundai. « Nous avons choisi un compromis entre la performance et un système compact », précise Xavier Peugeot, vice-président de l’unité véhicules utilitaires de Stellantis.

Le choix d’un volume réduit d’hydrogène est celui de ne pas réduire le volume de chargement. Les fourgons gardent leur capacité de 6,1 m3 et une charge utile maximale de 1 100 kg.

Le système hydrogène de Stellantis en chiffres

La pile à combustible 45 kW de conception Symbio est logée sous le capot et sur le moteur électrique. Elle s’équipe de 3 réservoirs dans le plancher d’origine Faurecia, contenant au total 4,4 kg (120 litres). Stocké à 700 bars de pression, l’hydrogène permet plus de 400 km d’autonomie. Le groupe précise que le plein d’hydrogène est réalisable en 3 minutes.

Vue technique utilitaire Stellantis H2 hydrogène 2021

Un véhicule Stellantis à hydrogène, mais aussi électrique rechargeable !

L’électricité produite vient alimenter le moteur de 100 kW (136 ch) et 260 Nm, celui des versions électriques. Pour les phases de démarrage et accélérations, une batterie vient épauler le tout. De type lithium-ion, sa capacité de 10,5 kWh permet de couvrir 50 km et peut aussi se recharger sur prise extérieure. Cette batterie existait déjà selon Stellantis, et supporte une recharge jusqu’à 11 kW en AC triphasé (1 h pour un plein).

En termes de performances, le 0-100 km/h est indiqué en 15 secondes, les fourgons H2 pouvant atteindre 130 km/h en pointe.

Départ fin 2021, dans 2 pays seulement

Les premiers utilitaires Stellantis seront livrés « dès la fin de l’année 2021 ». Leur production se tient dans l’usine de Rüsselsheim, en Allemagne. La gamme comprendra les carrosseries « Medium » et « Large », longues de 4,96 et 5,31 mètres.

Pour le moment, l’expérience hydrogène se limite à la France et l’Allemagne. Stellantis ne fait pas honneur aux lieux d’origine de ces véhicules, mais vise les pays ayant une infrastructure capable de supporter une utilisation de véhicules hydrogène (25 stations en France, 90 en Allemagne). Le groupe espère néanmoins un nombre grandissant dans d’autres pays européens, et y proposer ses fourgons.



« Des voitures particulières suivront » assure Xavier Peugeot, mais sans aucune date précise. D’amples informations arriveront ces prochains mois, promet Stellantis.