Renault ZOE 2016

Après 7 ans de bons et loyaux services, la ZOE va passer le relais à une version remaniée. Caractéristiques, autonomie, prix, commercialisation… ce que l’on sait sur la prochaine génération de la citadine électrique Renault.

2012 a sonné comme la déferlante de modèle électriques dans la gamme Renault. Si le Twizy a été trop clivant, le Kangoo Z.E. centré sur l’utilitaire et la Fluence Z.E. peu élégante, la ZOE a été une vraie réussite. En sus d’un design extérieur très fluide n’ayant pas pris une ride, elle se révèle pêchue et polyvalente.

La Renault ZOE n’a pas eu de mal à s’imposer comme la voiture électrique la plus vendue en France. En Europe, elle n’a fait que progresser, de 9.000 unités en 2013 à près de 38.000 en 2018. Au total, elle s’est écoulée à environ 130.000 exemplaires depuis son lancement.

Un gros restylage

La base actuelle étant encore d’actualité, elle sera reconduite pour cette « ZOE II ». La prochaine plate-forme électrique CMF-EV, en commun avec Nissan, ne sera pas opérationnelle avant 2021. Les proportions seront ainsi préservées, avec une longueur d’environ 4,10 mètres pour 1,75 mètre de large. Le coffre restera très vaste pour la catégorie, avec une capacité d’environ 340 litres.

Aperçue en photo espion, la face avant sera plus agressive, avec un losange hypertrophié et des optiques surlignée de chromes, intégrant les feux de jour à diodes. La partie inférieure adoptera une grille poinçonnée et des antibrouillards enrobés de chrome.

Daté, l’habitacle va faire un bond en avant en termes de modernité. De nombreux éléments de la Clio 5 seront empruntés, dont les compteurs numériques et le système multimédia R-Link 3.

Jusqu’à 450 km d’autonomie théoriques

Les batteries de l’actuelle ZOE ne dépasse pas 41 kWh de capacité, soit 300 kilomètres réels. Un frein psychologique pour certains, que la seconde mouture ira partiellement gommer. La version 2019 sera dotée d’un pack de batteries de 61 kWh maximum, nous a confirmé une source interne à la marque. L’autonomie déclarée en cycle WLTP sera ainsi de 450 kilomètres, mais Renault communiquera comme aujourd’hui sur un roulage réel, annoncé à 400 km. C’est ainsi 100 kilomètres de plus que la version actuelle, ou +30% d’autonomie.

Cependant, pas encore d’informations fiables quant à la recharge. Selon les rumeurs, elle passerait du standard Type 2 au Combo pour davantage de polyvalance.

La puissance des différentes motorisations serait comprise entre 90 et 136 chevaux nous informe L’argus, contre 110 ch maximum sur l’actuelle version R110. Le moteur Q90 sera lui abandonné, comme évoqué dans nos colonnes.

Production Made in France et lancement à l’été

Avec une base technique identique, pas question de déménager la production. La Renault ZOE sera de nouveau assemblée dans l’usine de Flins, dans les Yvelines (78), aux côtés des Clio et Nissan Micra.

La présentation de cette ZOE II sera effective au printemps 2019, après l’exercice du Salon de Genève donnant priorité à la Clio V. Si la production démarrera dès la fin du printemps pour les premiers exemplaires, le lancement officiel sera effectif à l’été nous a confirmé Renault.

Un prix à la baisse ?

Autre bonne nouvelle nous rassure Renault, celui des tarifs. Recyclant sa base, avec peu d’investissements  et des batteries devenant moins chères, la citadine survoltée gardera des prix similaires. Si le constructeur ne donne pas encore d’informations précises, nous devrions retrouver la Renault ZOE à partir de 30.000€ en entrée de gamme R90, batteries incluses mais hors bonus écologique.

Quelles rivales pour la Renault ZOE 2019 ?

Sur le segment des citadines, la ZOE ne se heurte pas  aujourd’hui à une concurrence féroce. Les principales voitures électriques disponibles sur le marché sont effectivement de grandes berlines ou SUVs. Or le marché va s’étendre de façon exponentielle, à commencer par une compatriote.

L’ennemie n°1 de la Renault sera la Peugeot e-208, version électrique de la 208 seconde génération. Démarrant à l’automne 2019, elle repose sur la plateforme CMP des C3 et DS 3 Crossback. La puissance de la Lionne devrait être supérieure à celle d’une ZOE 2 d’entrée de gamme mais son pack de batterie plus réduit (50 kWh). Sur le match de l’autonomie, l’e-208 s’incline avec 340 km contre 450 en cycle WLTP pour la ZOE. Elle devra aussi s’aligner sur les prix, autour de 35.000€ hors bonus.

La Volkswagen ID.3 sera peut-être plus volumineuse à la limite de la catégorie des compactes, mais elle visera un prix d’entrée attractif. Bien que sa batterie de base ne dépasse pas les 50 kWh, soit environ 350 kilomètres d’autonomie, l’Allemande vise un ticket de 30.000€. Différence avec la ZOE, l’ID.3 disposera de versions à grosses batteries de 80 kWh, afin d’atteindre 550 km en cycle WLTP.

Renault ZOE 2019 : ce qu’il faut savoir sur la future citadine électrique
4.1 (81.63%) 49 vote[s]