Les prix de l’électricité vont augmenter en 2023. Dans quelle mesure cela va-t-il impacter la recharge de votre voiture électrique ?

La question n’est plus de savoir si l’électricité va augmenter, mais de savoir quand et surtout de combien. Pour le quand, le gouvernement prépare les esprits à la fin du bouclier tarifaire, avec donc une hausse à venir, mais pas avant février 2023. Pour rappel, la dernière revalorisation des prix réglementés de l’électricité remonte au 1er février 2022. À cette date, les prix pour les particuliers avaient augmenté de 4 %. Mais le gouvernement soulignait que sans le bouclier, la hausse aurait dû être de 35,4 %.

Et depuis, cela ne s’est pas arrangé, bien au contraire, en raison de la guerre en Ukraine. À la baisse des exportations de gaz russe en direction de l’Union européenne viennent de s’ajouter les inquiétudes autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia, une des plus puissantes centrales du monde. Sans oublier qu’en France, moins de la moitié des réacteurs fonctionne. Et EDF vient d’annoncer que les corrosions vont être plus longues à être réparées que prévu.

De 10… à 40 %

Avec ce cocktail explosif, le prix de l’électricité sur les marchés de gros, où s’approvisionnent les fournisseurs, a atteint un record : plus de 1 000 € le mégawattheure prévu pour début 2023… alors que c’était 85 € il y a un an. Difficile donc pour le gouvernement de prolonger le bouclier tarifaire une année de plus.

Pour certains experts, par exemple Nicolas Goldberg de Colombus Consulting, interrogé par France 24, « on pourrait avoir une hausse entre 30 et 40 % des prix régulés ». Il rappelle tout de même qu’il est difficile de savoir comment la situation peut encore évoluer d’ici la prochaine évolution des prix réglementés, en février. 

À lire aussi Quel est le coût de recharge d’une voiture électrique ?

Toutefois, tout le monde s’accorde à dire que le gouvernement ne laissera pas passer une hausse aussi élevée. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, l’a déjà promise « contenue ». Celle-ci pourrait être comprise au final entre 10 et 20 %. Ce qui peut donc impacter dans une proportion semblable le coût de la recharge de votre véhicule, car c’est à domicile qu’elle se fait en large majorité.

Les heures creuses pour gommer la hausse

Face aux inquiétudes de black-out cet hiver, le gouvernement a demandé aux fournisseurs d’électricité de mettre en place rapidement de nouvelles formules pour inciter les Français à décaler leur consommation la nuit. En clair, remettre à l’honneur les heures creuses. Et le ministère de la Transition écologique voit justement en la voiture électrique un nouvel usage idéal pour les heures creuses. 

Bien souvent, le client particulier fait sa recharge chez lui la nuit, il pourrait donc profiter de prix plus avantageux en lançant la recharge au cœur de la nuit plutôt qu’en branchant sa voiture dès son retour à la maison. De quoi limiter l’impact sur le prix de la recharge à domicile. La voiture électrique gardera de toute manière l’avantage d’un coût énergie aux 100 km avantageux face à des carburants fossiles qui restent très onéreux.

Attention, il est avant tout question ici des prix réglementés chez soi. Dès que l’on s’aventure sur une borne en accès public, le prix va dépendre du fournisseur et les hausses ne sont pas limitées ! Celles-ci s’annoncent même plus lourdes, les sociétés privées ne pouvant faire des cadeaux aux clients, alors que l’État prend à sa charge une bonne partie de la hausse du prix réglementé (en creusant la dette). Exemple au 1er septembre, Allego augmente fortement ses prix en France.

À lire aussi Ce qui change à la rentrée pour les automobilistes : remise sur l’E85, ZFE, recharge plus chère…