Dévoilé ce lundi 12 octobre, le programme « Objectif 100 000 bornes » introduit une série de mesures inédites pour électriser le marché automobile.

Ciblant un million de véhicules en circulation d’ici à la fin du quinquennat, le gouvernement souhaite donner un nouveau coup d’accélérateur à l’électrique.  « Nous allons jouer sur deux leviers : faciliter l’acquisition d’un véhicule électrique, et faciliter son utilisation » a indiqué la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili lors d’une conférence de presse organisée ce lundi 12 octobre à Paris.



Des aides élargies pour les bornes de recharge

Ambitionnant le déploiement de 100 000 points de charge ouverts au public en France d’ici à fin 2021, le gouvernement a annoncé le renforcement d’ADVENIR, un programme de financement dédié aux bornes de recharge lancé en 2016. Piloté par l’Avere France et financé par le biais des certificats d’économie d’énergie (CEE), celui-ci permet de prendre en charge jusqu’à 60 % du coût des bornes ouvertes au public. Jusqu’ici limitée à 2000 €, l’aide pourra désormais aller jusqu’à 9000 € dans le cas d’une borne à la puissance supérieure à 50 kW. Les coûts de raccordement au réseau seront par ailleurs couverts à hauteur de 75 % jusqu’au 31 décembre 2021.

Le programme Advenir fait évoluer son barème avec une aide grimpant désormais jusqu’à 9000 € pour le déploiement d’une borne de recharge rapide.

Pour la charge rapide, le gouvernement mobilise une enveloppe de 100 millions d’euros pour accélérer les déploiements sur le réseau routier national. « Il s’agit d’accompagner des stations de recharge composées au minimum de 4, 6 ou 8 points de charge de 150 kW » détaille le communiqué du ministère. Récemment interviewé par Le Parisien, le ministre aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, évoquait un objectif de 500 bornes de recharge déployées le long des principaux axes routiers.

Au-delà des aides directes, le gouvernement compte également jouer sur d’autres leviers. Afin d’encourager les distributeurs de carburants à s’équiper, le projet de loi de finances pour 2021 prévoit d’intégrer l’électricité verte distribuée par les bornes de recharge dans les objectifs d’incorporation d’énergies renouvelables des stations-services.

Sans communiquer de détails, le gouvernement précise enfin que des aides spécifiques seront allouées pour le rétrofit des bornes existantes. « L’objectif est de remettre à niveau une partie du réseau installé il y a plusieurs années, en les rendant notamment interopérables » souligne le communiqué du ministère.

Un bonus réduit mais étendu aux voitures électriques d’occasion

En matière d’aides à l’acquisition, le gouvernement reverra à la baisse le montant du bonus à compter du 1er janvier 2021. Pour un particulier, l’aide maximale pour l’achat d’une voiture électrique passera de 7000 à 6000 € et celle d’une voiture hybride rechargeable de 2000 à 1000 €. Seule exception : les départements d’outre-mer qui bénéficieront d’une prime additionnelle de 1000 €. Point intéressant : le gouvernement se projette déjà en 2022, annonçant une nouvelle réduction du barème de 1000 € à cet horizon.

Le barème du bonus 2021 sera introduit dans un décret dont la parution interviendra en toute fin d’année.

Pour les voitures électriques et les utilitaires d’occasion, une prime inédite sera créée. Fixée à 1000 € et réservée aux particuliers, elle pourra être complétée par la prime à la conversion en cas de mise au rebut d’un vieux véhicule essence ou diesel.

Du côté de la prime à la conversion, le barème restera identique à celui introduit au mois d’août. Seule différence : l’exclusion des véhicules classés Crit’Air 2, soit l’ensemble des véhicules diesel.

D’autres mesures à l’étude

En lien avec les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat formulées en juin dernier, le gouvernement étudie également d’autres mesures. Parmi celles-ci figure un système de micro-crédit avec garantie de l’Etat destiné à accompagner les ménages les plus modestes. « Le mécanisme est à l’étude en vue d’une mise en place début 2021 » fait savoir le gouvernement.

Le gouvernement évoque également l’évolution de la taxation sur les contrats d’assurance pour les véhicules électriques, un nouveau barème fiscal des indemnités kilométriques tenant compte des émissions de CO2 ou encore la mise en place de solutions LLD dédiées aux collectivités. Un ensemble de dispositions qui sera détaillé au cours des prochains mois.



Avis de l'auteur

Si la mise en place de cette nouvelle batterie de mesures pour les bornes de recharge est une bonne nouvelle, on doute que le gouvernement parvienne aux 100.000 points de charge public promis pour fin 2021.

Selon le dernier baromètre de l’Avere, la France comptait près de 30.000 points de charge ouverts au public en juillet. Parvenir à ouvrir 70.000 points de charge en 18 mois est un pari plus qu’audacieux. Entre l’identification du foncier, la sélection des fournisseurs et le lancement de marchés publics, le déploiement d’un réseau de recharge ne se fait pas d’un claquement de doigt. Il doit surtout résulter d’un véritable travail de réflexion permettant de mieux cerner les usages. L’idée n’est pas seulement de déployer des bornes de recharge mais de les installer au bon endroit et avec la bonne configuration technique.