Pompiste hydrogène

(oui cette image montre une recharge hydrogène, mais impossible de trouver une illustration libre de droits pertinente pour cet article)

Et si les grands réseaux de recharge électrique équipaient leurs stations d’opérateurs de recharge pour accueillir le public et leur fournir divers services ?

S’il vous est arrivé récemment de voyager dans des pays comme la Grèce ou l’Italie à bord d’un véhicule thermique, vous aurez peut-être retrouvé dans certaines stations-service un plaisir quelque peu désuet et depuis longtemps disparu chez nous : celui de vous faire servir votre carburant par un pompiste. Pardon, par un opérateur de station-service.

J’ai personnellement toujours regretté la disparition de ce métier, et plus généralement de ce type de service et de proximité, encore en vigueur dans de nombreux pays, mais qui ont disparu chez nous à cause de cette espèce d’idéologie qui consiste à considérer que certains jobs ne sont pas assez nobles pour continuer à exister au pays des lumières. En plus de considérations économiques, bien évidemment. Il faut dire que par ici les carburants sont tellement taxés que les gestionnaires de stations-service n’ont eu d’autre choix que d’en automatiser dès qu’ils l’ont pu la distribution pour satisfaire un état toujours plus vorace, plutôt que de préserver des emplois. Bien aidés en cela par les automobilistes, toujours en quête du litre d’essence le moins cher, même pour quelques centimes, et tant pis pour le chômage… des autres.

Or on sait qu’un opérateur de station-service propose souvent davantage que simplement introduire le tuyau dans le réservoir et attendre que cela se passe. En Italie par exemple, sur certaines stations d’autoroute, pendant que le plein s’effectue, on nettoie votre pare-brise, on vérifie l’état de vos pneus, et autres petites attentions, le tout gratuitement. Expérience vécue à plusieurs reprises entre Rome, Florence et Milan. Mais on va aussi vous aider pour trouver votre chemin ou vous donner d’autres renseignements utiles.

L’électromobiliste a aussi besoin de services

Bref, un vrai service à valeur ajoutée. Qui certes se retrouvera dans le prix du plein puisque rien n’est gratuit, mais qui, à mon humble avis, justifie que l’on paie quelques centimes supplémentaires.

À bien y réfléchir, s’il est un domaine dans la mobilité d’aujourd’hui qui manque cruellement de service et d’accompagnement, c’est bien celui des déplacements en voiture électrique. Le manque de réassurance est d’ailleurs le principal frein à l’achat d’un véhicule électrique. Or ce besoin de réassurance ne concerne pas que l’autonomie ou le nombre de stations de recharge. Il concerne aussi beaucoup la fiabilité de ces dernières et le manque d’information sur les différentes technologies utilisées, leur compatibilité avec son véhicule, et tous ces paramètres qui peuvent gâcher un voyage.

Et si la solution passait par le recrutement de « pompistes » sur les grandes stations de recharge ? Des opérateurs de recharge qualifiés qui seraient là pour recevoir et orienter les clients, leur expliquer les tenants et aboutissants de leur processus de recharge, orienter les flux de circulation vers les bornes, expliquer qu’il n’est pas utile de charger au-delà de 80 % et ainsi favoriser une meilleure rotation des véhicules et donc une utilisation optimisée des chargeurs, etc. L’opérateur pourrait également se charger de l’encaissement des frais de recharge, ce qui résoudrait les problèmes récurrents de compatibilité des moyens de paiement, et il veillerait aussi aux normes QHSSE du lieu, et au bon fonctionnement permanent de toutes les bornes.

Il y aurait certainement d’autres missions et tâches à imaginer (je vous fais confiance pour compléter dans les commentaires), qui permettraient peut-être d’amortir les coûts que représenterait ce poste qui ne pourrait concerner dans un premier temps que les très grandes stations opérées par des marques ou consortiums aux reins solides comme Tesla, Ionity ou Total.

Rassurer les novices de la voiture électrique

L’idée peut paraître un peu farfelue, car nous avons tellement été habitués à l’absence totale de service dans les stations du même nom que nous avons du mal à imaginer qu’une personne puisse être là pour nous accueillir et nous aider. Mais la fameuse réassurance dont ont tant besoin les électromobilistes novices trouverait peut-être une réponse dans cette solution, qui présenterait en outre l’avantage de participer à la création d’un nouveau métier, et de participer également à l’acculturation du public aux spécificités de la voiture électrique.

Alors bien sûr, on sait que les stations de recharge pour voitures électriques sont déjà loin d’être rentables, et que par conséquent les coûts sont tirés au maximum, mais qui dit qu’une station avec opérateur n’attirerait pas davantage de trafic ? A fortiori si cela devient un critère de classement – avec icône « Opérateur » – sur des apps comme Chargemap.

Tiens, d’ailleurs, pour la petite histoire, Total justement teste actuellement la réintroduction de pompistes dans certaines de ses stations. Il ne reste plus au géant de l’énergie qu’à les former pour aussi savoir recevoir le public sur son réseau de chargeurs en développement.

Et peut-être alors que les autres suivront.