Pourquoi acheter une Tesla en Bitcoin est une (très) mauvaise idée


Publicité

Tesla semble déconseiller à ses clients de payer leur voiture électrique en Bitcoin. La marque d’Elon Musk a ouvert cette possibilité hier, mais met en garde les intéressés quant à la volatilité de la cryptomonnaie.

Tesla a renforcé ses liens avec Bitcoin hier en ouvrant la possibilité d’acheter ses voitures électriques avec la célèbre cryptomonnaie. Elon Musk s’en félicitait sur Twitter et a assuré une sécurité totale sur le processus.

Mais c’est aujourd’hui la marque elle-même qui semble pousser à la méfiance et déconseiller cette option. Sur le site du constructeur, les conditions d’achat autour du paiement en Bitcoins se veulent très alarmistes quant aux divers risques.

« Le prix du Bitcoin peut être volatile et sujet à des mouvements de hausse et de baisse », peut-on lire. « Vous êtes responsable du paiement à l’exact Bitcoin Price indiqué sur la page du paiement dans la Bitcoin Price Window. »

Ces Bitcoin Price Windows sont une équivalence de prix en dollars à l’instant donné. « Chaque Bitcoin Price expirera après la Bitcoin Price Window. Après l’expiration du Bitcoin Price, vous devrez demander un nouveau paiement, et il se peut que vous deviez recommencer le paiement » avertit le constructeur.

Sur le site américain du constructeur, l’achat en Bitcoin est désormais possible.

Avec le Bitcoin, se faire rembourser sa Tesla peut être problématique

Tesla a toujours mis en avant sa capacité à rembourser les voitures en cas de client insatisfait. Une proposition que ne font pas les autres constructeurs avec leur système de vente plus classique. Mais cette option sera en réalité bien moins intéressante pour les acheteurs via la cryptomonnaie.

Le remboursement s’effectuerait bien en Bitcoin, mais selon la valeur en dollars qui se situe sur la facture. En clair, si le Bitcoin perd en valeur, ce sera une perte nette pour l’acheteur. Et Tesla aborde de nouveau la volatilité de son processus.

« Si vous souhaitez un remboursement, nous nous réservons le droit de vous rembourser l’exacte valeur en Bitcoin Price de l’achat, ou une somme en dollars qui sera l’équivalent du prix en dollars du produit que vous avez acheté, à notre entière discrétion, en prenant en compte l’efficacité opérationnelle. »

« Il en va de même pour toutes les taxes ou coûts que vous devez payer. Le prix du Bitcoin peut être volatile. Sa valeur relative en dollars peut diminuer ou augmenter entre votre achat et le remboursement. Si nous vous remboursons en Bitcoins, la valeur en Bitcoins par rapport aux dollars peut être nettement inférieure à celle en Bitcoin lors de l’achat. »

« Vous assumez le risque du Bitcoin Price, ainsi que sa hausse et sa baisse et n’aurez aucun droit de sélectionner le mode de remboursement. Vous n’avez pas le droit de recevoir une quelconque plus-value sur la valeur du Bitcoin fourni comme paiement lors d’un remboursement » avertit le constructeur.

Après avoir fortement investi dans le Bitcoin en janvier dernier, Tesla compte de toute évidence tirer parti de cette collaboration. Comme souvent, Elon Musk cherche à révolutionner le marché de l’automobile électrique, mais aussi ses liens avec diverses industries.

Cette incursion dans le milieu de la cryptomonnaie semble toutefois s’effectuer en dépit du bon sens. En effet, il est déjà inquiétant pour les acheteurs intéressés de voir la marque les mettre autant en garde contre cette option.

Mais surtout, le bilan écologique du Bitcoin est absolument désastreux, et va donc à l’encontre de ce que Tesla est censé représenter. Le minage de la cryptomonnaie est un processus très énergivore. Chaque Bitcoin consommé émet entre huit et 13 tonnes de CO2. Un comble, lorsque l’on sait qu’une voiture électrique émet environ neuf tonnes de CO2. Cette valeur comprend sa conception, celle de sa batterie et les émissions liées à l’électricité produite pour la faire rouler pendant 150 000 km.

Pour chiffrer encore cette absurdité écologique, le Bitcoin et les échanges liés mobilisent à eux seuls 0,5 % de l’énergie mondiale. La consommation énergétique relevée sur la première moitié de février prédit que le Bitcoin consommera 115 TWh. Pour mettre cela en perspective, RTE a annoncé que la France entière consommait 473 TWh par an en 2019.

Si l’on comprend la volonté de Tesla d’innover, encore et toujours, on peut se demander quel est l’intérêt de cette avancée. On se doute évidemment que c’est pour faire progresser la valeur de Tesla et celle de la cryptomonnaie. Mais après un rebond vu hier, la chute subie ce jour laisse penser que l’opération ne sera même pas bonne sur le plan comptable.

Publicité

Sur le même sujet


Publicité
Publicité

Commentaires

Copyright © 2021 Automobile Propre - Tous droits réservés Mentions légales Site édité par Saabre