Petite pause à Erstein pour le convoi Automobile Propre

Ces derniers jours ont été rythmés par des pics de pollution atmosphérique et des annonces en tous genres. La voiture électrique semble être absente de ce débat, et pourtant…

Je crois que la proposition la plus ridicule de cette semaine provient du Comité Interministériel de la Qualité de l’Air (CIQA) qui propose d’alterner la circulation des voitures lors des pics de pollution. Concrètement, cela signifie que les véhicules avec un numéro d’immatriculation pair ne pourraient rouler que les jour pairs, et inversement. Inapplicable et franchement risible comme solution d’urgence. Je pensais même à une blague au départ…



L’autre mesure qui a été annoncée est la limitation de la vitesse maximale sur le boulevard périphérique parisien à 70 km/h au lieu de 80 km/h. Elle devrait rentrer en application dès la fin du mois de janvier 2014.

Ces propositions au débat de la qualité sur l’air donnent vraiment l’impression que l’on agit dans l’urgence et qu’on ne sait plus par quel bout prendre le problème. Elles posent également la question de la place de la voiture électrique dans tout cela : les restrictions proposées doivent-elle également s’appliquer aux véhicules électriques ?

La place de l’automobile dans la problématique de la qualité de l’air est une question complexe pour laquelle la voiture électrique est loin d’être la solution unique. Les transports en commun, l’autopartage ou une place plus importante pour le vélo sont des axes d’évolution très importants.

Pourtant, je ne peux m’empêcher de me dire qu’aujourd’hui l’offre de véhicules électriques est suffisamment complète pour être adoptée à une large échelle par beaucoup de monde. Il serait vraiment temps que nos politiques, journalistes, concessionnaires et concitoyens en prennent conscience et passent à l’action !

La voiture à propulsion électrique est certainement l’une des composantes de l’amélioration de la qualité de l’air. Les constructeurs automobiles ont fait le job en proposant des voitures électriques et hybrides de qualité, répondant aux exigences de pas mal de monde en terme d’usage.

C’est maintenant aux consommateurs de s’emparer de ses solutions et aux pouvoirs publics de les y encourager (pas uniquement financièrement) !