Puce semiconducteur Audi CES 2015

Aux prises avec un manque de semiconducteurs, l’industrie automobile subit des soucis de production de véhicules. Quelle en est l’origine, et cela pourrait-il retarder des livraisons de voitures électriques et hybrides en 2021 ? On fait le point !

Alors que la pandémie de COVID-19 a frappé durement certains constructeurs, un autre problème mondial les touche depuis plusieurs semaines : une pénurie de puces.



Petite puce, grand problème

Pourquoi un si petit composant peut-il compromettre la fabrication entière d’une voiture ? Une puce électronique tient dans la paume d’une main, soit quelques centimètres carrés. En fait, on la trouve partout. Tout appareil électrique ou électronique fonctionne grâce à une puce : climatisation auto, écrans, essuie-glaces, sécurité active, ABS, etc.

Sur chaque voiture, on peut ainsi en trouver des dizaines. Sans une d’entre elles, la voiture pourrait mal fonctionner, voire ne pas pouvoir démarrer du tout. Le cabinet de conseil Deloitte a même estimé que les systèmes basés sur ces puces contribuent jusqu’à 40 % du prix d’une voiture, contre seulement 20 % en 2007.

Une voiture électrique inclut évidemment des puces spécifiques à la gestion du ou des moteurs, de la récupération au freinage, ou de la batterie. Elle est donc autant, si ce n’est plus, sujette à cette dépendance.

Amnon Shashua PDG Mobileye carte électronique

Amnon Shashua, PDG Mobileye, avec une carte équipée de puces gérant radars et caméras

Qui est coupable ?

Dans le monde du semiconducteur, il faut connaître l’acteur principal : Taiwan Semiconductor Manufacturing Company ou TSMC. Plus grande entreprise du secteur, TSMC est ultra dominante. En 2020, le fabricant a assuré plus de la moitié de la production mondiale. Il fabrique la puce Qualcomm de votre smartphone Samsung ou Apple, de votre console de jeu Xbox/PlayStation, ou de votre carte graphique de PC. TSMC est aussi à l’origine des puces équipant nos automobiles. Il existe d’autres entreprises, comme Intel, SMIC ou encore Samsung.

La crise de la COVID-19 a ralenti, et parfois mis un coup d’arrêt à la production des puces en raison des confinements et mesures sanitaires. Et quand TSMC et ses homologues peinent à suivre, c’est toute l’industrie qui tousse.

Suite logique, les stocks de puces ont fondu, mettant à mal certaines chaînes logistiques. À cela, s’ajoutent la demande accrue en ordinateurs pour le télétravail, le démarrage de la 5G, mais aussi une belle reprise du marché automobile, notamment en Chine (1/4 des ventes mondiales).

Puces wafer TMSC

Production de puces par le n°1, le Taïwanais TSMC

Quelles conséquences sur la livraison de nos voitures ?

Avant le début de la pénurie, chaque constructeur disposait d’un certain stock de ces puces ou des pièces de sous-traitants concernés. Hyundai par exemple en détenait beaucoup, et n’a pas souffert, dans un premier temps, de ce souci. D’autres fonctionnent à flux tendu, et n’ont pu s’adapter à l’instar de Bosch, spécialiste (entre autres) en systèmes de freinage.

Cela résulte en la baisse du rythme, voire l’arrêt total de production, le temps de réapprovisionner en puces ou composants. Début avril, Peugeot a dû fermer ses sites de Sochaux et Mulhouse. Idem pour l’usine Dacia en Roumanie. Pour en revenir avec Hyundai, la Ioniq 5 souffre déjà de pénurie en Corée du Sud, le constructeur ne parvenant pas à s’alimenter en puces pour ses modules batteries.

Avec plusieurs centaines voire milliers de voitures fabriquées par jour, des sites peuvent enregistrer des pertes de production conséquentes. Heureusement, les fermetures sont brèves (quelques jours), ponctuelles, et ne touchent jamais toutes les marques en même temps. Ainsi, une marque peut honorer la commande de votre voiture électrique, au pire avec un petit délai de livraison.



Tesla Model S production usine Fremont

Une voiture électrique très connectée, comme la Tesla Model S, est encore plus dépendante aux puces

Un impact financier pour l’automobile

Pour les constructeurs, c’est une autre histoire. L’accumulation des suspensions et délais les pousse à changer leurs objectifs et agendas. Renault a ainsi estimé perdre environ 100 000 voitures sur sa production 2021. Cela touche donc les finances. Au total, les analystes prédisent que l’industrie automobile perdrait jusqu’à 1 million de voitures cette année (sur 80 à 85), soit plus de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Pour le moment, aucun analyste n’est capable de prédire jusqu’à quand la pénurie durera. Si elle est quasi réglée en Chine, la situation sanitaire liée à la COVID-19 reste encore d’actualité en Europe et en Amérique, en partie à cause des variants. Toutefois, les confinements se raréfient ou deviennent moins stricts – ne perturbant plus autant la production de puces – et la vaccination devrait permettre un retour progressif à la normale en fin d’année.

Les fabricants font également des efforts. TSMC a annoncé ce 1er avril investir 85 milliards d’euros jusqu’en 2023 pour augmenter sa production. D’ici là, les prix des composants pourraient flamber. La dure loi de l’offre et de la demande…

Hyundai Kona usine production 2020

Peu de délais de livraisons à cause de la pénurie de puces, mais des retards de lancement sont à prévoir