nissan-futures

Dans la continuité du premier événement Nissan Futures qui s’était déroulé à Londres en mai dernier, le constructeur a présenté sa vision de l’évolution de l’industrie automobile pour les années à venir. Une évolution déjà amorcée à travers la commercialisation d’un premier modèle autonome au Japon et de la gamme de batteries domestiques xStorage.

Pour faire face aux enjeux énergétiques et sociétaux de demain, certains constructeurs automobiles n’hésitent pas à se réinventer, quitte à toucher à des activités assez éloignées de leur cœur de métier. Audi produit du GNV en Allemagne, BMW y fait de l’auto-partage, Tesla se voit déjà comme un opérateur de transport… C’est également le cas de Nissan qui a fait ce mercredi 30 novembre à Barcelone une démonstration assez probante de sa capacité à investir des secteurs d’avenir.



Réunie au sein du Brand center de la marque accolé à son usine catalane, la presse spécialisée européenne a ainsi pu découvrir les axes forts de la stratégie d’innovation du constructeur nippon.

La voiture autonome, une opportunité que Nissan ne manquera pas

Technologie réservée à la science-fiction il y a quelques années, l’autonomisation des véhicules arrive peu à peu sur des modèles de grande série. Au Japon, Nissan a ainsi commercialisé cet été la nouvelle version de son monospace Serena avec des capacités de conduite autonome.

Baptisé ProPilot, le système combine un régulateur de vitesse adaptatif et une fonction de maintien dans la file utilisables sur autoroute.  Développé en interne par le centre de recherche de Nissan de la Silicon Valley, en bonne intelligence avec les équipes de Renault et Sylpheo également missionnées sur le sujet, le système devrait arriver en Europe d’ici 2018.

Le constructeur ne communique pas encore sur les modèles qui  seront les premiers à en bénéficier, mais on peut s’attendre à ce qu’un modèle électrique fasse partie du haut de la liste. Paul Willcox, Président de Nissan Europe, a par ailleurs annoncé lors de l’événement que l’Alliance proposera 10 véhicules à capacités autonomes en 2020.

Conscient que le développement des véhicules autonomes ne se fera pas sans un cadre juridique adapté, le constructeur a également financé une étude européenne sur les opportunités socio-économiques de cette innovation. Les conclusions font état d’une création de valeur de 17 000 milliards d’euros d’ici 2050. Un argument efficace pour le travail de lobbying qui attend les constructeurs.

La gamme xStorage dévoilée

Présentée lors du premier événement Nissan Futures, la solution de stockage énergétique xStorage Home arrive désormais sur le marché européen. Dès le 30 novembre, les particuliers allemands, norvégiens et britanniques pourront commander cette batterie domestique qui stocke l’énergie lorsqu’elle est la moins chère et la restitue au moment opportun.

Elaborés à partir d’anciennes batteries de véhicules électriques Nissan ou de composants neufs, les systèmes xStorage seront commercialisés à des tarifs voulus accessibles. Comptez 3500 € HT pour 3.5 kW de capacité et 3900 € HT pour le modèle à 6 kW. Les unités alimentées par des batteries neuves seront disponibles à partir de 5000€ HT.

nissan-futures-xstorage

Parallèlement à cette solution destinée aux particuliers, Nissan a également développé son équivalent industriel : le xStorage Building. Même principe, mais échelle différente puisque les systèmes sont composés de plusieurs batteries. Si l’on a beaucoup parlé de l’Ile de Tesla ces dernières semaines, Nissan frappe également fort en équipant l’Amsterdam Arena, stade de 55000 places, avec 280 packs batteries de Nissan Leaf.



Le système servira d’alimentation de secours et contribuera également à stabiliser le réseau électrique néerlandais lors des pics de consommation. Une belle opération qui amène à s’interroger sur l’avenir du consortium ELSA qui développe le même produit, et dont Nissan est partenaire…

Interview de Ponz Pandikuthira – Vice Président du planning produit pour Nissan Europe

A l’occasion de cet événement, nous avons eu l’opportunité d’interviewer Ponz Pandikuthira qui est à la tête de la stratégie des futurs produits de Nissan en Europe, et qui a notamment lancé avec succès le Qashqai.

(L’interview est traduit de l’anglais)

Automobile Propre : La motorisation électrique est-elle un avantage pour le développement de la conduite autonome ?

ponz-pandikuthira-nissanPonz Pandikuthira : Les voitures électriques intègrent plus d’éléments électroniques qu’un véhicule thermique. La direction, le freinage, sont par exemples gérés par des petits ordinateurs intégrés à la voiture. Il est donc plus facile d’intégrer des fonctions autonomes à un véhicule électrique qu’à un modèle conçu pour recevoir un moteur à combustion.

AP : Pour son arrivée en Europe, la technologie ProPilot va-t-elle équiper en premier lieu des modèles à motorisation électrique ou s’agira-t-il d’un modèle thermique ?

PP : [Rires] Probablement. C’est une information confidentielle. Mais votre première question est un élément de réponse.

AP : Concernant le développement des technologies de conduite autonome, y a-t-il des échanges entre membres de l’Alliance ?

PP : Renault travaille sur ces questions à Paris tandis que Nissan à un centre de recherche au Japon et dans la Silicon Valley, les deux constructeurs travaillent de manière coordonnée et partagent un certain nombre d’informations. [Nissan a par ailleurs présenté au cours de la journée la répartition des effectifs travaillant sur la conduite autonome, à savoir 300 personnes chez Renault, 300 chez Nissan, et 300 chez Sylpheo, l’entreprise acquise par l’Alliance pour son expertise sur ce sujet]

AP : Quelle est la valeur ajoutée du système ProPilot par rapport aux systèmes développés par d’autres constructeurs (Tesla pour n’en citer qu’un) ?

PP : La réponse est simple, Nissan développe un système qui sera beaucoup plus abordable pour le consommateur.

AP : La Renault Zoé possède désormais une batterie de 41 kWh. Y aura-t-il une augmentation de la capacité de la batterie de la Leaf pour 2017 ?

PP : L’autonomie des véhicules électriques reste le principal frein à l’achat d’une voiture électrique. Nous avons un objectif d’autonomie de 500 km pour la prochaine évolution mais je ne peux pas vous dire pour quand.