Le constructeur américain a publié une vidéo expliquant les différentes technologies liées au projet Tesla Glass. Il y décrit les effets bénéfiques sur l’acoustique et la sécurité de ses véhicules.

Mike Pilliod est un ingénieur matériaux chez Tesla. En 2016, la firme d’Elon Musk l’a recruté alors qu’il travaillait au même poste chez Apple. Il a eu immédiatement la responsabilité du projet Tesla Glass, mystérieux à l’époque.

Longtemps gardé secret, ce dernier s’est enfin révélé avec la publication d’une vidéo explicative. On y retrouve Mike Pilliod devant l’écran, qui explique comment Tesla a travaillé sur ses prototypes pour améliorer tous les aspects du verre utilisé sur les véhicules de la marque.

Selon Pilliod, le principal avantage de ces technologies réside dans le confort acoustique qu’elles apportent. « Une des choses les plus cool que nous ayons faites, c’est d’incorporer du verre laminé acoustique sur chaque véhicule de la marque », explique l’ingénieur. La technologie consiste en deux couches de verres séparées par une couche de film permettant d’absorber les bruits.

La clé du confort, mais aussi de la sécurité

Le confort et le calme d’un habitacle n’est pas le seul objectif du verre développé par Tesla. La sécurité est évidemment cruciale dans le développement des vitres. Chez les modèles de Tesla, elles occupent une surface relativement importante.

« Nous faisons des choses comme les tests de tonneaux, les tests d’écrasement, puis nous passons à l’aspect thermique », détaille Pilliod.

La sécurité des occupants passe aussi par l’absorption des rayons lumineux. Des films plastiques ont ainsi été ajoutés sur les vitres pour filtrer le passage des rayons UV. Le choix des teintes se joue au pour cent près, l’idée étant de limiter le passage des UV sans trop réduire la luminosité. « Le toit lui-même absorbe 99 % des radiations venant des UV dans la voiture », chiffre l’ingénieur de Tesla.

Le pare-brise des Tesla abrite également les trois caméras braquées servant à l’Autopilot. Comme le rappelle Mike Pilliod, le pare-brise « sert de lentille » aux caméras. De fait, il est soumis à des tests de distorsion afin de garantir un rendu parfait dans toutes les conditions.