Essayez une Twizy sur Autolib

Renault et Bolloré ont signé une lettre d’intention afin d’étudier les façons de travailler ensemble autour des solutions d’autopartage et mettre en place une coopération industrielle et commerciale.

Nous vous l’annoncions hier au conditionnel, c’est désormais officiel : Renault et Bolloré annoncent qu’ils vont collaborer autour du véhicule électrique. La lettre d’intention signée porte sur 3 points :



La commercialisation de solutions d’autopartage électrique

À la vue du succès rencontré par Autolib’ et les marchés de Bolloré à Lyon, Bordeaux et Indianapolis, les 2 groupes vont étudier la création d’une société commune dédiée à la conquête et à l’installation de ce type de projets d’autopartage avec des véhicules électriques. Ils comptent ainsi pouvoir répondre à la forte demande, notamment à l’international.

Il est précisé que Renault pourrait rejoindre Bolloré dans le capital de Bluely (Lyon) et Bluecub (Bordeaux).

La fabrication des Bluecar en France

L’augmentation de la demande en Bluecar et l’arrivée du modèle décapotable en juin vont entraîner une croissance de la production : les deux groupes vont étudier « le transfert de certaines fabrications dans l’usine Renault de Dieppe » et la fourniture de pièces et de composants par le constructeur.

La conception et l’industrialisation d’un véhicule 3 places

Bolloré déclare que les 3 quarts des locations de voitures électriques en autopartage se font avec un maximum de 3 passagers à bord. Dès lors, les 2 groupes vont étudier le soutien que pourrait apporter Renault à la conception et à l’industrialisation d’un petit véhicule 3 places.

Ce véhicule devrait mesurer 3,1 m de long et être bâtit autour d’une batterie Bolloré de 20 kWh lui permettant de bénéficier de 200 km d’autonomie.

Et concrètement ?

Si cet accord est intéressant industriellement, il reste à voir quels débouchés concrets il aura, sachant qu’il ne s’agit pour l’instant que d’une lettre d’intention. L’avenir nous dira si les 2 groupes parviennent à collaborer. Si c’est le cas, peut-être verra t-on un jour des voitures Renault avec des batteries Bolloré ?