Très attendue dès lors qu’elle avait été annoncée, la berline compacte de Tesla écrase chaque mois plusieurs de ses précédents records de ventes, de production et de livraisons. Trop peu convaincant avec sa e-Golf, Volkswagen mise désormais sur l’ID.3 qui devrait arriver chez les premiers acquéreurs cet été. L’allemande peut-elle prendre la place de l’américaine sur le marché branché ?

Préambule

L’idée de cet article est née avec cette photo prise par un habitué du réseau communautaire Reddit, immortalisant une ID.3 en cours de recharge juste à côté d’une Model 3, dans une station Ionity.

Il est peu probable que la Volkswagen détrône la Tesla, car elles ont toutes les 2 des clientèles assez différentes, l’américaine représentant un absolu dans son segment pour une part très importante d’électromobiliens.

Toutefois il était intéressant d’établir une petite comparaison entre ces 2 voitures électriques proches en taille, ne serait-ce que sur l’habitabilité, l’autonomie et le prix.

A vous lecteurs, finalement, de nous indiquer vers lequel de ces 2 engins va votre préférence.

Gabarits

L’empreinte au sol de la Tesla Model 3 est un peu plus importante que celle de la Volkswagen ID.3 : 4,69 x 2,09 mètres, contre 4,26 x 1,81 m. L’allemande est cependant plus généreuse en hauteur : 1,55 versus 1,44 m.

Plus facilement exploitable, le coffre de la future compacte est cependant moins volumineux (380 litres) que celui de sa rivale (542 l) déjà disponible en Europe depuis presque 1 an. Sauf à jouer de la banquette (1.270 l) pour dégager un vaste ensemble, ce que ne permet pas la Model 3.

Une famille de 4 personnes accompagnée d’un chien devrait privilégier l’ID.3. A l’inverse s’il s’agit de transporter quelques clients ou fournisseurs importants, sa rivale devrait l’emporter.

Autonomie/prix

Selon les versions, la petite berline de Tesla offre une autonomie WLTP qui s’étend d’un peu plus de 400 jusqu’à 560 kilomètres. Ce que la Volkswagen sait aussi faire, et même plus avec ses 3 capacités de batteries (45, 58 et 77 kWh) qui la dote respectivement de 330, 420 et 550 km de rayon d’action.

Et ce, pour un chèque à signer plus léger. Environ 50.000 euros, contre environ 10.000 euros de plus pour l’américaine, afin de disposer d’environ 550 km d’autonomie.

La différence serait du même ordre et toujours à l’avantage de l’allemande pour les versions permettant de parcourir un peu plus de 400 km après recharge complète des packs : 40.000 face à 50.000 euros à la louche (la grille tarifaire définitive de l’ID.3 n’est pas connue précisément).

Recharge

Du côté de la recharge, difficile de rivaliser avec la Model 3 qui peut accéder à plusieurs milliers de superchargers Tesla en Europe sur des sites où ils sont installés en nombre pour éviter attentes et indisponibilités. S’y ajoutent les bornes à destination du constructeur, et les stations ouvertes à tous les électromobiliens.

L’ID.3, elle, profitera aussi et pleinement du réseau européen Fastned, mais également du maillage Ionity développé en partenariat avec Volkswagen et d’autres marques allemandes. Leurs stations sont également équipées de plusieurs chargeurs que l’on peut déjà qualifier d’ultrarapides, car prévus pour une puissance de recharge de 350 kW, en prévision des futurs modèles de voitures électriques. Tous les 2 sont cependant bien loin de couvrir aussi finement que les superchargeurs Tesla les différents territoires européens.