La BYD F3

La BYD F3

China Business News a annoncé que BYD annulait le lancement de F3e, une voiture électrique dont le constructeur avait déjà confirmé la commercialisation. Cette décision fait suite aux conclusions d’une enquête réalisée chez ses distributeurs.

C’est sur le site de l’Argus que j’ai trouvé cette information, et j’ai trouvé qu’elle tranchait singulièrement avec ce qu’on entend à propos de la Chine et des voitures électriques en ce moment.

L’étude réalisée par BYD laisse entrevoir que le marché chinois n’est pas encore au rendez-vous pour les voitures électriques. Et les chiffres de vente de BYD dans ce domaine viennent confirmer ces résultats : en 10 mois, la marque n’a vendu que 54 E6 électriques et 290 hybrides plug-in F3DM.



Les automobilistes chinois semblent peu enclins à payer plus cher leur voiture « propre » d’après Gasgoo Automotive News, un portail d’information chinois. Pourtant la Chine a lancé un vaste plan de subvention pour les voitures électriques et hybrides.

BYD n’est pas le seul touché si on en croit l’Argus, qui indique que Toyota n’a vendu que 4000 Prius en 3 ans et que Changan Auto, le 4e constructeur chinois, fait état de ventes quasi-nulles pour son hybride Jiexun HEV.

Ce constat démontre une fois de plus que pour que la voiture électrique soit adoptée, elle doit avant tout être économique. Il traduit peut-être aussi un déficit de confiance des chinois dans cette technologie.

Je pense tout de même que ce sont les chinois qui vont tirer le développement des véhicules électriques dans les prochaines années. D’une part car il y a une vraie volonté politique de leur gouvernement, et d’autre part car le coût des voitures va forcément baisser dans les années qui viennent.

À suivre donc…

Source : l’Argus