Crédit Photo : Clarrissa.

Google vient de publier sur son blog officiel un compte-rendu de ses travaux sur la voiture du futur. En voici la traduction:



« Larry et Sergey ont fondé Google parce qu’ils voulaient aider à résoudre les gros problèmes grâce a la technologie. Et l’un des gros problèmes sur lequel nous travaillons aujourd’hui est la sécurité automobile et son efficacité. Notre objectif est d’aider à prévenir les accidents de la circulation, de libérer du temps pour les gens et de réduire les émissions de carbone en changeant fondamentalement l’utilisation des voitures.

Nous avons donc développé une technologie pour que les voitures puissent se conduire elles-mêmes. Nos voitures automatiques, pilotées par des opérateurs formés, ont roulé à partir de notre campus de Mountain View jusqu’à notre bureau de Santa Monica et à Hollywood Boulevard. Elles ont descendu Lombard Street, traversé le pont du Golden Gate, navigué sur la Pacific Coast Highway, et même fait tout le tour du lac Tahoe. Dans l’ensemble, nos voitures auto-conduites ont enregistré plus de 140.000 miles. Nous pensons que c’est une première dans la recherche en robotique.

Nos voitures automatiques utilisent des caméras vidéo, des capteurs radars et un télémètre laser pour «voir» le trafic, ainsi que des cartes détaillées (que nous recueillons au moyen de véhicules conduits manuellement) pour naviguer sur le parcours. Tout cela est rendu possible par les centres de données de Google, qui permettent de traiter les énormes quantités d’informations recueillies par nos voitures lors du mappage du terrain.

auto drived car

Une Volkswagen Passat robotisée présentée par l'Université de Stanford. Crédit photo : Wikipedia.

Pour développer cette technologie, nous avons rassemblé quelques-uns des meilleurs ingénieurs du défi DARPA, une série de courses de véhicules autonomes organisés par le gouvernement des États-Unis. Chris Urmson était le chef de l’équipe technique de l’équipe qui a remporté le CMU 2007 Urban Challenge. Mike Montemerlo a développé le principal logiciel pour l’équipe de Stanford qui a remporté le Grand Challenge 2005. Dans l’équipe, on trouve aussi Anthony Levandowski, qui a construit la première moto autonome qui a participé au Défi DARPA, et qui a également construit une Prius modifiée pour livrer des pizzas sans conducteur. Le travail de ces ingénieurs et d’autres membres de l’équipe est exposé au Musée national d’histoire américaine.

La sécurité a été notre première priorité dans ce projet. Nos voitures ne sont jamais sans pilote. Nous avons toujours un pilote de sécurité qualifié derrière le volant qui peut en prendre le contrôle aussi facilement qu’on désengage un régulateur de vitesse. Et nous avons aussi un opérateur de logiciels sur le siège passager pour surveiller le logiciel. Tout essai commence par l’envoi d’un chauffeur dans une voiture conventionnelle pour établir la carte de l’itinéraire et les conditions routières. En cartographiant des détails tels que les marqueurs des voies et des panneaux de signalisation, le logiciel de la voiture devient familier avec l’environnement et ses caractéristiques. Et nous avons informé la police locale sur notre travail.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, plus de 1,2 millions de vies sont perdues chaque année dans des accidents de la circulation routière. Nous croyons que notre technologie a le potentiel de réduire ce nombre, peut-être même jusqu’à la moitié. Nous sommes tout aussi convaincus que les voitures auto-conduites vont transformer l’auto-partage, et contribuer à une réduction importante de l’utilisation de la voiture, ainsi que créer les nouveaux  » trains d’autoroute de demain ». Ces trains d’autoroute devraient permettre de réduire la consommation d’énergie tout en augmentant le nombre de personnes qui peuvent être transportées sur nos routes principales. En termes d’efficacité et de temps, le ministère américain des transports estime que les gens passent en moyenne 52 minutes de trajet chaque jour ouvrable. Imaginez être capable de passer ce temps d’une façon plus productive.

Nous avons toujours été optimistes quant à la capacité de la technologie à faire avancer la société, c’est pourquoi nous avons poussé très fort pour améliorer les capacités des voitures auto-conduites au-delà d’où elles sont aujourd’hui. Bien que ce projet soit encore au stade expérimental, il donne un aperçu de ce que le transport pourrait ressembler à l’avenir grâce à l’informatique de pointe. Et l’avenir est très excitant. »