La Chevrolet Volt

L’affaire des incendies spontanés de la Chevrolet Volt avait fait couler beaucoup d’encre et avait remis la sécurité des batteries sur le devant de la scène. Après enquête, la NHTSA déclare que la Volt ne présente aucun danger.

Les incendies spontanés survenus quelques temps après des crash-tests sur des Chevrolet Volt avaient déclenché l’ouverture d’une enquête de la NHTSA sur la sécurité du système de batteries de la voiture. La commercialisation de l’Opel Ampera avait même été suspendue en France.

Un feu de paille ? Certainement, car la NHTSA a rendu ses conclusions et a déclaré que Chevrolet Volt (et par conséquent, sa cousine Opel Ampera) ne présentait pas plus de danger qu’une voiture classique. Selon elle, il n’est pas possible de détecter un défaut majeur sur la Volt.

Elle explique aussi que les modifications apportées par GM sur le système de batterie réduisent d’autant plus les risques d’incendie lors d’un choc latéral (à l’origine de « l’affaire »). L’enquête est donc close du côté de la NHTSA : « La NHTSA continue de croire que les véhicules électriques sont très prometteurs et constituent une option sûre et économe en carburant pour les conducteurs américains. »

Nous voilà rassurés !

Notez cet article