La troisième génération du 3008 sera déclinée en version 100 % électrique. Le modèle sera dévoilé dans quelques mois mais découvrez en avance son portrait-robot.

Lancement à haut risque pour Peugeot ! La marque au Lion s’apprête à renouveler sa star, le 3008, dont la deuxième génération, lancée en 2016, a été un gros succès commercial. Surtout, l’auto ayant réussi sa montée en gamme, cela a été une machine à cash grâce à des prix de vente plus corsés. Pour la suite, le Lion compte donc capitaliser sur ce succès. Ce qui ne va pas empêcher la marque de faire évoluer en profondeur le 3008 aussi bien esthétiquement que techniquement. La grosse nouveauté sera l’apparition d’une déclinaison électrique e-3008. Automobile Propre fait le point sur ce projet.

Quel positionnement ?

3008 et 5008 formeront toujours un duo, mais leur positionnement va être encore plus distinct. Le 3008 va en effet avoir une silhouette plus dynamique, qui s’approche de celle d’un SUV coupé. Sa priorité sera ainsi l’apparence, quitte à sacrifier un peu l’habitabilité et le volume de coffre. Pour ces aspects, il y aura donc le 5008 ! En tendant vers le coupé, le 3008 va ainsi s’opposer plus directement à l’Arkana, gros succès de Renault. Mais le Lion lorgne aussi vers les clients des marques premium, ceux tentés par un Audi Q3 Sportback ou par le futur BMW X2.

Quel look ?

Comme on l’a dit au-dessus, le prochain 3008 va avoir une allure façon SUV coupé, avec une lunette très inclinée. Pour le look, ce sera un véhicule de transition. En effet, le modèle a d’abord été conçu sous la houlette de Gilles Vidal, qui avait oeuvré sur le précédent. Mais Gilles Vidal est parti en 2020 chez Renault. Son successeur Matthias Hossann a donc revu ce qui pouvait l’être. Il va donc y avoir un mix de deux influences, le style Vidal et le style Hossann ! Ce dernier a notamment retravaillé la signature lumineuse à l’avant, qui sera sous forme de trois grandes griffes, comme sur la 508 restylée. Mais pour le reste, on retrouvera l’aspect très anguleux et nervurés des Peugeot ère Vidal, dans la continuité de la 408.

Pour l’habitacle, ce sera un discours similaire. Le i-Cockpit évoluera mais la révolution annoncée par le concept Inception, doté d’un volant rectangulaire intégrant un écran, attendra 2026 pour un passage en série. Dans le prochain 3008, le changement devrait être un écran d’info-divertissement rapproché de celui de l’instrumentation, en hauteur donc.

À lire aussi Peugeot Inception Concept : le renouveau des lionnes électriques annoncé au CES 2023

Quels moteurs et autonomies ?

Le nouveau 3008 va avoir le privilège d’inaugurer la première base STLA, la Medium. Celle-ci n’est toutefois pas totalement inédite, elle est dérivée de l’actuelle EMP2, revue pour être adaptée à la motorisation électrique. La marque a déjà confirmé que trois motorisations seront disponibles, dont une configuration quatre roues motrices. Côté autonomie, la firme a promis jusqu’à 700 km ! Voilà une sacrée valeur, qui intrigue toutefois tant elle est élevée pour un SUV compact électrique. Mais Stellantis avait annoncé que la base STLA Medium pouvait avoir des batteries de 87 à 104 kWh.

Quel prix ?

Là, ça va piquer. Déjà avec l’actuel 3008, Peugeot est bien monté en gamme. La version PHEV s’affiche à partir de 45.000 € ! Et pas question de faire marche arrière avec le prochain, le Lion jouant la carte du constructeur généraliste premium. A n’en pas douter, la version de base du e-3008 va s’approcher des 50.000 €, à moins que Peugeot ne s’adapte à la limite du bonus, fixée à 47.000 €. Toutefois, d’ici la commercialisation, les règles du bonus changeront surement !

Quel calendrier ?

Peugeot a confirmé une présentation du e-3008 au cours du second semestre 2023. Mais il ne faut pas s’attendre à des livraisons avant au mieux début 2024. Le véhicule sera toujours produit à Sochaux.

Quelle concurrence ?

Elle sera vaste, d’autant que les nouveautés vont se multiplier d’ici un an. En effet, du côté des constructeurs généralistes, Ford va lancer un ambitieux Explorer et Renault va réinventer son Scénic sous forme de SUV 100 % électrique. Il ne faut pas oublier aussi la concurrence dans le groupe Stellantis, puisqu’Opel va lancer en 2024 un Grandland électrique dérivé du e-3008. Peugeot veut également chasser sur les terres du premium. Il compte ainsi attirer des clients des Audi Q4 e-tron et BMW iX1/iX2. Sans oublier ceux du Tesla Model Y !

À lire aussi Nouveau Renault Scénic (2024) : ce que l’on sait déjà du premier SUV électrique du Losange