Bien décidés à laver leur linge sale en public, Izivia et EVBox se déchirent suite à l’arrêt soudain de 90 % des bornes de recharge rapide du réseau Corri-Door. Automobile-Propre revient sur les explications des deux acteurs.

Sortez les pop-corn car le (mauvais) feuilleton ne fait que commencer ! Alors qu’Izivia a informé il y a quelques jours ses clients de l’arrêt définitif de 189 bornes du réseau Corri-Door pour des questions de sécurité, le fournisseur des bornes réagit et pointe du doigt la responsabilité de l’opérateur filiale du groupe EDF. Ambiance !

Publicité


Deux incidents à l’origine du problème

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire qui secoue le monde électro-mobile, celle-ci remonte au 7 février dernier, date à laquelle Izivia a notifié ses clients de la « mise en indisponibilité volontaire » d’une grosse partie de Corri-Door en raison d’incidents constatés sur deux bornes du réseau. Joint par Automobile-Propre, l’opérateur avait alors expliqué avoir appliqué un « principe de précaution » et lancé une enquête pour définir l’origine du problème et surtout son éventuelle reproductibilité à d’autres bornes du réseau. Le 28 février, le verdict tombe : par le biais d’un mail adressé à ses clients, Izivia annonce que les bornes ne seront pas remises en service. Un coup dur pour les utilisateurs.

Quels sont les problèmes rencontrés ? Quels sont les risques qui ont motivé l’arrêt des bornes concernées ? Nous avons tenté de comprendre le choix d’Izivia. « Nous avons diligenté un bureau d’étude indépendant qui a confirmé le risque de sécurité » nous répond simplement l’opérateur. Se refusant à entrer dans les détails des conclusions du rapport, celui-ci se contente de nous annoncer la prochaine étape : celle d’une assignation en expertise judiciaire. Entre les lignes, on comprend que celle-ci pourrait donner lieu à une action en justice à l’encontre du fabricant.

Si Izivia n’a jamais voulu officiellement citer le nom du fabricant, on sait que les bornes concernées proviennent d’EVTronic. Basée dans la région de Bordeaux, la société a été rachetée en 2018 par EVBox, elle-même propriété du groupe Engie. En dehors de Corri-Door, EVTronic a également fourni des bornes à d’autres opérateurs et notamment à la CNR qui a aussi rencontré un incident à priori similaire sur l’une des bornes du fabricant. L’enquête diligenté avait toutefois conclu à un incident isolé.

Les bornes EVTronic installées sur le réseau CNR

EVBox en position offensive

Si Izivia a indiqué ne pas vouloir « fustiger le fabricant » lors de nos échanges, EVBox se révèle beaucoup plus critique envers les équipes de la filiale du groupe EDF. Jusqu’ici très discrète, la société  est sortie du silence ce mardi 3 mars par le biais d’un communiqué de presse qui contredit les conclusions de l’opérateur et surtout son choix d’arrêter précipitamment le réseau.

« Cette annonce concerne les bornes de recharge EVTronic DC fabriquées principalement en 2014 et 2015 avec une configuration spécifique à Izivia. Les deux incidents signalés datent respectivement d’avril 2019 et de juin 2019. Ils ont fait l’objet d’une enquête approfondie par EVBox (…) Nous pouvons confirmer avec certitude qu’ils sont liés à la configuration spécifique d’Izivia. Dans tous les cas, il n’y a pas de risque de sécurité pour les utilisateurs finaux » détaille l’entreprise qui n’a voulu nous en dire plus quant aux spécificités évoquées qui font partie des « éléments confidentiels du contrat ». De son côté, Izivia dément le calendrier annoncé par le fabricant. « Ces incidents ont eu lieu en fin d’année 2019. Nous avons réagi rapidement pour enquêter sur le problème, puis pour mandater un cabinet indépendant pour une expertise qui a eu lieu en janvier » a déclaré Michel Cozic, Directeur Développement et Projets au sein d’Izivia, lors d’un entretien accordé à l’AVEM.

Une expertise à laquelle les équipes d’EVBox n’ont pas pu participer. « Pour qu’une étude indépendante soit effectuée, il faut que l’ensemble des parties prenantes soient impliquées et puissent échanger. Jusqu’à présent, EVBox n’a pas pu participer à ces audits et n’a pas pu accéder au rapport de ce bureau » souligne le communiqué.

Le réseau aurait-il pu être remis en route ? Sans véritablement répondre à la question, EVBox nous indique avoir « proposé au cours des dernières semaines et à plusieurs reprises son aide à Izivia pour rouvrir le réseau de charge dès que possible ». Une fois encore, l’opérateur dément les propos du fabricant.« Il n’y a pas eu de propositions d’actions préventives de la part d’EVBox. S’il y en avait eu, notamment après les gros problèmes de fiabilité rencontrés cet été sur le réseau, nous n’aurions pas été obligé de les assigner devant le Tribunal de Commerce de Paris, notamment pour faire toute la lumière sur la cause de ces problèmes» a indiqué Michel Cozic.

Autre point dénoncé par EVBox : les « défauts de maintenance de l’opérateur ». « Dès la livraison de ses bornes, EVBox a prescrit à Izivia une maintenance professionnelle régulière. Cependant, EVBox a constaté que ces dernières années, la maintenance n’a pas été effectuée de manière continue » fait valoir la société qui indique avoir également proposé des actions préventives à l’opérateur.

Des nouvelles bornes à venir

Amputé de la majeure partie de son réseau, Corri-Door se résume désormais à 28 bornes fonctionnelles, soit 13 % des 217 du réseau initial. Un redéploiement est prévu pour ramener le réseau à 50 bornes à terme.

Publicité


Les emplacements restent à définir, Izivia devant valider les nouvelles installations avec ses hébergeurs. Idem pour la puissance et la configuration de ces nouvelles bornes. « Nous ne sommes pas les seuls décisionnaires. Il y a des discussions entre les propriétaires des bornes pour voir les solutions à mettre en place » nous explique-t-on.

En perdant 90 % de son réseau, Corri-Door a 28 bornes de recharge en France

Quoi qu’il en soit, le déploiement de ces nouvelles bornes n’est pas pour tout de suite. Au mieux, il ne devrait pas intervenir avant fin 2020 ou début 2021. Pour les utilisateurs, l’attente risque d’être longue… « Pour les clients abonnés du pass, nous avons déjà fait un dédommagement sur févier. Nous sommes en train de regarder pour la suite » nous explique la filiale d’EDF.

En parallèle, Izivia poursuit les réflexions sur l’extension de son réseau de charge rapide. Bien décidé à tirer un trait sur le passé, celui-ci devrait prendre une autre dénomination et adopter une toute autre configuration avec quelque 70 nouvelles stations. Déployées hors autoroutes, celles-ci compteront 5 à 6 points de recharge.

Une catastrophe pour l’écosystème français

Si la bataille juridique que semblent prêts à se livrer Izivia et EVBox devrait éclaircir les nombreuses zones d’ombre et établir les responsabilités de chacun, l’usager reste le grand perdant de la chute du réseau Corri-Door. Un arrêt qui intervient également au pire moment pour les constructeurs, incités par les nouvelles normes européennes à accélérer leurs ventes de voitures électriques.

En Europe, la situation observée pour Corri-Door est inédite. Jamais un opérateur n’avait procédé au retrait d’un nombre aussi importants de bornes. Qui plus est sur un réseau à l’envergure nationale ! Un fiasco qui ferait presque écho au bide monumental de Bolloré avec Autolib’ à Paris.

Une telle situation aurait-elle pu être évitée ? Alors qu’Izivia laisse entendre que le retrait des bornes était la seule solution possible, les déclarations d’EVBox sèment le doute quant à la volonté réelle de l’opérateur de remettre sur pied son réseau.  Au-delà des possibilités techniques, la question du coût de l’opération a probablement influencé la décision de l’opérateur.

Publicité