Alors que les élus métropolitains ont acté l’arrêt définitif du dispositif Autolib’, la Mairie de Paris a indiqué que les 3.244 places de stationnement et bornes de recharge libérées par l’abandon du dispositif seront réservées aux conducteurs de véhicules électriques.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres… alors que les élus élus métropolitains ont officiellement voté ce jeudi 21 juin la résiliation du contrat avec Bolloré pour la gestion d’Autolib’, refusant de régler la compensation de 233 millions d’euros demandée par le groupe, la Mairie de Paris a annoncé que les places dédiées au service seront réservées aux propriétaires de voitures et d’utilitaires électriques.

La Maire de Paris a décidé que les 3.244 places de stationnement qui sont actuellement dévolues à Autolib’ seront dédiées à terme aux Parisiens et aux Franciliens propriétaires d’un véhicule électrique ou utilisant un véhicule électrique en autopartage, à titre personnel ou professionnel”  a indiqué la Mairie de Paris dans un communiqué, précisant que le stationnement sera gratuit, dans la limite de six heures consécutives, et que la mesure entrera en vigueur « à l’arrêt du service Autolib’ ».

Les bornes de recharge Autolib’ réutilisées

Si Bolloré devrait retirer progressivement ses voitures électriques de la capitale selon des modalités et un agenda qui restent à définir entre les parties, les bornes de recharge dédiés aux Bluecar resteront en place. Des installations, limitées à 3 kW de puissance, que la Ville de Paris souhaite réutiliser pour compléter les 620 bornes de charge déjà présentes sur le territoire parisien.

« Anne Hidalgo souhaite compléter ce maillage en rendant les bornes de recharge électrique Autolib’ accessibles aux Parisiens et aux Franciliens pour la recharge de leur véhicule personnel. Cela devrait être effectif au début de l’année 2019 » note le communiqué de la ville de Paris.

Le coût de la résiliation au coeur des débats

Si la rupture est désormais confirmée, le coût lié à la résiliation du service, qui intervient 5 ans avant l’échéance prévue (2023), est désormais au coeur des débats. Pour la Présidente du Syndicat Autolib’, Catherine Baratti-Elbaz, il ne devrait pas coûter plus de 100 millions d’euros aux collectivités adhérentes. Une estimation que ne partage pas Bolloré. Directrice du pôle mobilité électrique du groupe et fille de l’industriel breton, Marie Bolloré évoque une somme de 250 à 300 millions d’euros, soit davantage que les 233 millions d’euros demandés par le groupe dans un courrier adressé au Syndicat le 25 mai dernier pour redresser les comptes du dispositif.

« On va continuer à se battre, n’écoutez surtout pas les balivernes du syndicat, sachez que nous irons au tribunal administratif et que nous obtiendrons beaucoup d’argent, je pense que c’est comme ça que ça va se terminer » a déclaré Gilles Alix, président d’Autolib’ SAS, indiquant que le groupe breton allait contester la décision du Syndicat.

Une chose est sûre, la bataille juridique s’annonce longue et les 150.000 usagers d’Autolib’ risquent d’être les premières victimes de cet arrêt du service.

« Les élus parisiens préconisent une sortie en douceur, échelonnée sur plusieurs mois, qui laisserait le temps aux abonnés de se reporter sur d’autres services et aux salariés d’être reclassés dans de bonnes conditions dans d’autres filiales du groupe Bolloré » rassure le communiqué de Paris qui rappelle que d’autres alternatives existent avec des dispositifs d’autopartage similaires à celui d’Autolib’. EntreCommunauto, Ubeeqo, Zipcar, Renault Mobility et Zencar, la ville de Paris chiffre à 600 le nombre de véhicules disponibles en autopartage à Paris intramuros. Malheureusement pas de quoi couvrir les près de 4.000 véhicules du dispositif breton.

« D’autres entreprises vont déployer leurs flottes dans les prochains mois, pour porter rapidement l’offre parisienne d’autopartage à plusieurs milliers de véhicules » ajoute la Mairie de Paris qui a déjà reçu plusieurs entreprises souhaitant s’implanter dans la capitale. En attendant, la transition risque d’être délicate pour les usagers…

Fin d’Autolib’ : les places et bornes libérées seront dédiées aux véhicules électriques
4.6 (91.76%) 17 votes