Tesla Model Y

Le Tesla Model Y est désormais fabriqué en Europe. Directement en sortie d’usine de Berlin, un exemplaire Performance passe au Supertest.

Le Tesla Model Y est le dernier-né de la gamme. Déjà bien présent sur ses terres natales, il reprend la recette à succès de la Model 3, à laquelle il ajoute l’ingrédient SUV qui rend accros les automobilistes. La formule est si simple, qu’Elon Musk et ses comptables ont déjà des étoiles dans les yeux. En prenant les volumes de ventes de la Model 3 (508 000 ex. en 2021, 9e au rang mondial) et la part de marché des SUV compacts, le patron en déduit que le Model Y sera le véhicule le plus vendu au monde en 2023. Il devrait donc faire mieux que la Toyota Corolla (1,104 million en 2021) et que le Toyota RAV4 (1,132 million en 2021), rien que ça !

À lire aussi Supertests voitures électriques : récapitulatif des consommations, autonomies, performances et temps de recharge (ajout BMW i4)

Pour y arriver, il commence à investir les principaux marchés à travers le globe. Déjà débarqué en Europe depuis la Chine, il est désormais produit sur place dans la toute nouvelle Gigafactory de Berlin. Mais seule la version Performance y voit le jour pour le moment. Déjà présenté par un sympathique propriétaire et essayé par Nass, le Model Y Performance passe au banc d’analyse du Supertest.

Présentation du Tesla Model Y Performance

La fiche technique

Le Tesla Model Y reprend donc la plateforme de la Model 3. Près de 75 % des pièces sont partagées entre les deux véhicules, notamment au niveau des parties techniques (moteurs, batterie, châssis…), mais aussi à l’intérieur. À l’extérieur, les choses évoluent un peu plus, et le profil de madeleine devient un peu plus marqué.

La coutume de cette présentation veut que l’on détaille la fiche technique. Cependant, les données officielles sont toujours gardées à la discrétion du constructeur de Palo Alto. La puissance moteur totale ou la capacité nette de la batterie ne sont pas connues officiellement. Il faut donc se référer à quelques estimations, avec un poids proche des 2 000 kg, une batterie proche des 75 kWh utiles et une puissance totale proche de 534 ch. Ou de 562 ch, de 513 ch, voire de 490 ch selon la source. Bref, c’est un concours de boules de cristal. Mais des recherches poussées vont nous emmener sur une autre piste.

Du côté des vrais chiffres, cette version Performance rehausse la vitesse de pointe à 250 km/h et tombe le 0-100 km/h en 3,7 s. Soit la valeur d’accélération d’un Ford Mustang Mach-E GT, pourtant moins puissant (487 ch) et plus lourd (2 270 kg). Vous nous voyez venir ? On en reparle en fin d’article. Enfin, l’autonomie, passe de 533 km avec la déclinaison Grande Autonomie à 514 km ici selon la norme WLTP.

Côté recharge, le Tesla Model Y peut ingurgiter jusqu’à 11 kW en courant alternatif domestique ou sur les bornes publiques. Sur les Superchargeurs de la marque et les autres unités rapides, il peut grimper à 250 kW de puissance en pic. La marque promet 241 km d’autonomie récupérée en 15 minutes de recharge. Cela fait de lui le SUV avec la meilleure puissance de recharge rapide.

Toutes nos mesures de consommation du Tesla Model Y Performance

Autonomie mixte : 457 km

Le Tesla Model Y Performance était promis à une belle position dans le palmarès de notre Supertest naissant. L’efficience reconnue des moteurs Tesla, la batterie généreuse et la météo parfaite (temps dégagé, pas de vent, 24 °C), ont fait sortir le meilleur du Tesla Model Y Performance. Et avec sa batterie de 75 kWh, les autonomies constatées ont rapidement crevé le plafond.

Et c’est surtout en ville, là où son gabarit, son angle de braquage important et ses jantes trop exposées posent de sérieux problèmes, que le Model Y a montré son meilleur rayon d’action. Ici, sa consommation de 14,8 kWh/100 km lui permet d’annoncer une autonomie de 506 km ! Plus qu’il n’en faut pour le quotidien citadin, où l’on dépasse rarement les 35 km/h de moyenne. Sur route, il a pu décrocher une consommation de 16,2 kWh/100 km (462 km d’autonomie), alors qu’il a grimpé à 18,2 kWh/100 km (412 km) sur notre portion de voie rapide.

Au terme d’une boucle mixte de 100 km A/R, le SUV américain a présenté une moyenne de 16,4 kWh/100 km, ce qui correspond à une autonomie moyenne de 457 km. Il vole la vedette au Hyundai Ioniq 5, crédité de 380 km sur le même parcours (19,1 kWh/100 km).

Autonomie mixte – 24 °C ext.
Route Voie rapide Ville Total
Conso. moyenne A/R (kWh/100 km) 16,2 18,2 14,8 16,4
Autonomie totale théorique (km) 462 412 506 457

Route vs autoroute : une amplitude dans la moyenne

Lorsque le mode d’emploi du système One Pedal est assimilé, le Model Y peut raser le sol en matière de consommation sur une route nationale on ne peut plus favorable. Certes, poser le pied sur le point d’équilibre de la pédale d’accélérateur pour passer en roue libre fatigue la cheville, mais les résultats sont là.

Au terme de ce parcours de 50 km, il a présenté une consommation de 12,8 kWh/100 km. Pour le fun, constatons qu’il ne décroche pas de record ici, qui revient toujours à la MG 5 break et sa moyenne de 12,6 kWh/100 km. Reste que la valeur est étourdissante pour un SUV de ce gabarit, de plus de deux tonnes avec le conducteur à bord et avec des performances (même si elles n’ont pas été exploitées lors des mesures) qui chatouillent un Lamborghini Urus. Sur l’autoroute adjacente, où l’exercice simule une utilisation intensive sur autoroute, la consommation est montée à 21,9 kWh/100 km.

À lire aussi Essai exclusif – Nouvelle Tesla Model S Grande Autonomie : la reine est morte, vive la reine

Cela correspond ainsi à des autonomies respectives de 591 km et 342 km. Inutile de préciser une nouvelle fois qu’il prend la tête du classement en matière d’autonomies théoriques, et de loin. L’amplitude de celles-ci apparaît dans la moyenne de ce que nous avons observé avec d’autres véhicules avec 42,13 % de moins en passant sur l’autoroute.

Consommation instantanée du Tesla Model Y Performance

À une vitesse stabilisée de 110 km/h dans les deux sens de notre atelier de mesure, le Tesla Model Y Performance a présenté une consommation de 18,1 kWh/100 km. Une belle performance. À 130 km/h, il faut compter sur 21,8 kWh/100 km en moyenne, ce qui est assez proche de ce que nous avons observé sur autoroute.

Cela représente ainsi une augmentation de la consommation de 20,42 % entre les deux vitesses, soit l’une des plus faibles que nous avons constatée. En matière d’autonomie totale, cela se traduit par des valeurs de 414 km et 344 km.

Consommations instantanées – 24 °C ext.
110 km/h 130 km/h
Conso. moyenne (kWh/100 km) 18,1 21,8
Autonomie totale théorique (km) 414  344

Trajet longue distance : 348 km d’autonomie

Pour des raisons logistiques et d’organisation avec Tesla France, nous avons effectué cette mesure sur 500 km d’autoroute entre Paris et Lyon de jour. Rien qui ne change foncièrement les résultats, le trafic étant particulièrement fluide ce jour-là. En revanche, la climatisation a été mise à rude épreuve sous le soleil de plomb. De plus, en début de parcours sur près de 100 km, nous avons composé avec des rafales de vent de face, suffisamment importantes selon nous pour être notées à ce chapitre. Au final, la consommation s’est stabilisée à 21,5 kWh/100 km au passage de notre ligne d’arrivée. Soit 348 km d’autonomie tout de même. Avec des conditions plus favorables, il serait sans nul doute possible de gagner encore une vingtaine de kilomètres selon nos estimations, soit l’équivalent de 20,5 kWh/100 km.

Le Model Y Performance est le premier véhicule à dépasser la barre des 300 km sur un « plein » complet lors de notre Supertest. Évidemment, sur la route, il faudra davantage compter sur près de 244 km d’autonomie entre 80 et 10 % de charge. Mais cela permet toujours de voyager sereinement et de réduire la fréquence des arrêts recharge aux Superchargeurs ou ailleurs.

Confort et performance du Tesla Model Y Performance

Comme son nom l’indique, le Model Y Performance mise tout sur le dynamisme de conduite. Il s’équipe pour cela d’un châssis à peine abaissé et de pneus Pirelli P Zero Elect à réduction de bruits. Contrairement à la Model 3 Performance, il ne dispose pas de mode Track qui permet de moduler la distribution du couple entre les deux trains. Les ruades ne seront pas au rendez-vous donc, d’autant que le SUV est rivé au sol avec ses pneus de 275 mm de large à l’arrière. Pour s’amuser, préférez l’intimidant Ford Mustang Mach-E GT, son concurrent tout naturel, avec lequel il partage une direction au ressenti très artificiel. Mais gageons que ce n’est pas le comportement que les clients recherchent en faisant le choix d’un SUV, aussi sportif soit-il. Pas même le fait d’écraser la tête des passagers à chaque remise des watts. Mais comme avec la boîte à prouts, le mode Santa ou autres jeux, ça ne coûte rien d’amuser la galerie une fois de temps en temps.

Dans cette version, le Model Y dispose d’un onduleur un peu plus costaud. C’est ce qui lui permet d’envoyer un peu plus de puissance aux roues et de justifier son appellation. Mais dans quelle mesure, au juste ? Tesla ne dit rien, exception faite d’un 0-100 km/h en 3,7 s dans le mode de conduite le plus sportif. C’est avec cette configuration mécanique qu’il peut aussi se targuer d’un 80-120 km/h en 2,6 s. C’est 0,1 s de mieux que le Mach-E GT (4,66 kg/ch), qui a tendance à toutefois tendance à s’essouffler plus rapidement que le Model Y. Le Volvo C40 Twin (5,29 kg/ch) réclame 2,9 s au même exercice. La proximité avec ces SUV aux ratios moins favorables sur le papier est étonnante.

À lire aussi Essai – Hyundai Ioniq 5 HTRAC : les consommations, autonomies et performances mesurées de notre Supertest

L’explication ? Le Model Y aurait une puissance bien inférieure à toutes les estimations. Et c’est ce que révèlent les fiches d’homologation qu’on a pu se procurer en exclusivité : sur celles-ci, le SUV sportif avoue une puissance totale de 423 ch. Soit à peine 28 ch de plus que la version Grande Autonomie selon la même source. Voilà qui expliquerait le faible écart entre les deux déclinaisons en matière de reprises, mais pas en accélération pure de 0 à 100 km/h. Mais rappelons que si la valeur de puissance affichée est une chose, sa distribution aux roues et les béquilles électroniques permettent d’établir n’importe quelle hiérarchie. En tout état de cause, nous avons du mal à imaginer plus de 430 ch dans cette version, parfaitement similaire aux modèles homologués aux États-Unis comme nous l’a confirmé Tesla France. Avec le mode Confort, que nous avons activé pour toutes les mesures de consommation, le SUV a présenté un 80-120 km/h en 4,87 s en moyenne à tous les niveaux de charge. Bref, le Model Y ne s’essouffle jamais, au contraire de ses freins qui fument vite.

Sur la route, le Performance se montre étonnamment confortable. L’amortissement est certes ferme sur les mauvais raccords, sur les chaussées défoncées ou à basse vitesse, mais le confort d’amortissement est aussi bien qu’à bord du Grande Autonomie, pourtant plus docile dans la philosophie. Le double vitrage parvient à assez bien canaliser les bruits environnants, mais des bruits de roulement et d’air sur le haut du pare-brise peuvent encore se faire entendre sur autoroute. Au sonomètre, il est presque aussi bruyant qu’un Aiways U5.

En matière d’aides à la conduite, ce modèle d’essai était équipé de l’option Autopilot Amélioré à 3 800 €. Hormis les modes de sortie et de parking automatiques, il propose en plus de l’Autopilot standard le changement de file automatique à l’activation du clignotant. Cependant, nous n’avons jamais réussi à bénéficier de ce système, celui-ci se coupant systématiquement à la moindre amorce. Aussi, après chaque changement de voie, manuellement donc, il fallait réenclencher l’Autopilot en cliquant deux fois sur le commodo de droite. De plus, les freinages intempestifs pour des raisons inexplicables n’étaient pas rares. Dès lors, la question de l’intérêt de cette option se pose, sauf si vous avez un furieux besoin de faire entrer ou sortir votre voiture toute seule du garage.

À bord, pas de changement ou presque, exception faite d’un pédalier en aluminium. On retrouve l’ambiance intérieure habituelle dans cette Model 3 taille XXL. Produite à Berlin, cette version ne présente pas de défauts de finition, très souvent pointés du doigt sur les Tesla : les ajustements sont satisfaisants et aucun bruit parasite ne se fait entendre. Nouveauté : la Performance embarque la plage arrière dans le coffre. Utile pour cacher les affaires, mais peu pratique à l’usage. Elle est un véritable casse-tête à enlever de son logement et libère assez mal l’accès au fond du coffre gigantesque.

Données complémentaires
SoC à 80 % SoC à 50 % SoC à 20 % SoC à 10 %

Reprises 80-120 km/h

(en s)

4,81 4,84 4,92 4,89
à 50 km/h à 80 km/h à 110 km/h à 130 km/h

Niveau sonore à bord

(en dB)

71 74 76 77

Supertest Tesla Model Y Performance – le bilan

Avec une autonomie homologuée à peine inférieure avec une batterie équivalente, le Tesla Model Y Performance est donc plus énergivore sur le papier. Il faudrait passer au banc d’essais la version d’entrée de gamme pour jauger la différence, que l’on anticipe comme minime. Il n’en demeure pas moins que cette version se montre redoutable, tant en matière de performances que d’autonomie sur autoroute. Les longs trajets deviennent une formalité, même si tout n’est pas si rose au volet recharge comme nous le verrons à la seconde partie de ce Supertest.

Sur le papier, cette version Performance peine à justifier le surcoût tarifaire de 5 000 €, tant les performances et les prestations dynamiques sont proches de la déclinaison d’entrée de gamme. Un écart qui se resserre toutefois si l’on prend en compte les améliorations esthétiques où, par exemple, les seules jantes de 20 pouces sont facturées 2 100 € sur le Grande Autonomie. Question de choix donc, mais cette déclinaison haut de gamme se montre particulièrement attrayante et offre un ratio prix/performance/polyvalence unique sur le marché.

Le Supertest, c’est quoi ?

Amoureux des chiffres et allergiques aux fiches techniques officielles, le Supertest, nouveau format d’essai d’Automobile-Propre, est fait pour vous, rassemblant des données collectées lors d’un essai en conditions réelles et selon un protocole transparent et précis. Nous les ajouterons le mercredi suivant la publication du second volet consacré au Tesla Model Y Performance à notre article récapitulatif permettant de confronter les valeurs relevées des modèles essayés, ce qui fera toute la valeur de la rubrique.

Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à consulter nos essais et à échanger avec la communauté sur notre forum de discussion.