La Renault Zoé se veut plus polyvalente avec sa deuxième génération. C’est ce que promettent son autonomie WLTP et son chargeur rapide en option. Mais cela n’est hélas pas suffisant pour faire un long trajet.

Lancée depuis 2019, le Renault Zoé de seconde génération a corrigé de nombreux défauts de la première mouture. Et c’est plus particulièrement le cas en matière de polyvalence, puisque sa plateforme pourtant datée lui a permis de gagner une batterie de 52 kWh. Selon la norme WLTP, l’autonomie mixte peut grimper jusqu’à 395 km, ou 386 km au mieux avec la motorisation R135. Sur notre long trajet autoroutier entre Lyon et Paris, nous avons observé une consommation de 23 kWh/100 km très exactement, soit 226 km d’autonomie avant la panne sèche. Ou 158 km de 80 à 10 % de charge. Mais le ratio autonomie/temps de recharge n’est clairement pas à son avantage.

À lire aussi Supertest – Renault Zoé R135 : les consommations, autonomies et performances mesurées

Courbe de recharge de la Renault Zoé : un plein utile en 53 minutes

Il faut allonger sur la table 1 000 € pour bénéficier de la charge rapide sur la Renault Zoé. À ce tarif, elle proposera alors une prise Combo-CCS dans son museau permettant de viser une puissance maximale de 50 kW DC. Une puissance que nous n’aurons jamais rencontrée lors de nos différentes mesures, le maximum enregistré étant de 45 kW.

Malgré une puissance de recharge réelle un peu en dessous des promesses, la courbe de recharge se maintient correctement jusqu’aux alentours des 45-50 %, avant de commencer à dégringoler lentement. À 80 % de charge, nous avons enregistré une puissance restante de 24 kW, soit 46 % de moins que le pic de 45 kW observé. La différence est finalement dans la moyenne en relatif, mais la valeur est très faible dans l’absolu.

Il ne faut donc pas s’attendre à des miracles en matière de vitesse de recharge, et il faudra patienter très longtemps aux bornes de recharge. Et il faudra y rester plus exactement 53 minutes pour effectuer le 10-80 %. Vingt-cinq minutes supplémentaires seront nécessaires pour atteindre la barre des 100 % (dont 12 minutes sur le 80-90 %). Au final, le plein complet réclame 1 h 18. C’est 15 minutes de plus qu’avec une e-208 qui souffre d’une fin de recharge bien trop lente.

Courbe de recharge type
10 à 80 %  80 à 100 %  10 à 100 %
Temps de recharge (en min) 53 25 78
Autonomie gagnée (en km) 152 45 203

Autonomie récupérée : 99 km en 30 minutes

Il n’y a pas de surprise au moment de confronter l’autonomie gagnée au temps de recharge : la Renault Zoé figure tout en bas de notre classement ! Il lui faut 30 minutes pour gagner 99 km d’autonomie, quand une e-208 n’a besoin que de 15 minutes pour gagner le même rayon d’action. Ce n’est qu’à partir d’une heure de recharge, après avoir gagné 171 km, qu’il sera envisageable de débrancher la voiture dans la plupart des cas, même s’il n’est pas impossible d’aller chercher encore plus loin. Car comme on l’a vu lors du premier épisode de ce Supertest, la Zoé peut vite se montrer gourmande sur autoroute en fonction des terrains.

Autonomie récupérée
Temps de recharge (en min) 15 30 45 60 65
Autonomie gagnée (en km) 50 99 136 171 199

Coûts des recharges de la Renault Zoé R135

Les bornes sur lesquelles nous nous sommes branchées ont indiqué en moyenne une quantité de 54,24 kWh pour faire le plein complet de la Renault Zoé. Le coût des recharges dépendra comme toujours de la grille tarifaire de l’opérateur. Chez Electra, qui promet de geler ses prix, la recharge est la plus intéressante avec un plein total proche de 24 € (17 € sur le 10-80 %). Chez Ionity, ça se corse puisque le prix grimpe à près de 37 € (26 € sur le 10-80 %). On peut donc facilement tabler sur un coût d’utilisation direct de 11,50 €/100 km sur autoroute avec le plus onéreux des opérateurs.

À lire aussi Essai – Peugeot e-208 (2022) : les temps de recharge et de voyage de notre Supertest

Lors de notre voyage, nous avons effectué trois arrêts recharge pour un montant total de 59,27 € hors frais du badge de recharge. En effectuant une recharge domestique à l’arrivée pour retrouver le taux de charge de départ, cela ferait grimper le coût total à 64,70 €, soit un coût final de 12,94 €/100 km sur ce trajet de 500 km.

Temps de trajet pour 500 km : 6 h 43

À l’instar de la Peugeot e-208, la Renault Zoé ne dispose pas de planificateur d’itinéraire embarqué. Elle se permet simplement d’annoncer que la destination se situe hors de portée de l’autonomie restante, symbolisée par une auréole sur la carte. Il faudra alors chercher manuellement les bornes à proximité. Dès lors, nous avons fait confiance à nos estimations et nos solides habitudes sur ce trajet. À noter que pour cet itinéraire, les applications Chargemap et ABRP se montrent très prudentes avec 5 arrêts prévus pour la première, et 4 pour le deuxième. On remarquera aussi que les temps de recharge sont aussi pessimistes avec 2 h 12 selon Chargemap et 2 h 30 selon ABRP.

La Renault Zoé a finalement eu besoin de trois arrêts recharge. Rien de nouveau avec une autonomie de près de 230 km, qui lui permet juste de quoi faire des sauts d’une station à l’autre. Et avec elle, les visiteurs auront le temps de visiter les moindres recoins des aires de repos en raison de ses temps de charge. Même avec une stratégie précise, les arrêts sont longs. Et nous sommes restés branchés plus exactement 2 h 11, portant ainsi notre de temps de parcours total à 6 h 43. C’est le plus long de tous, avec 1 h 11 de plus qu’en Peugeot e-208 !

Pas de jugement de valeur ici, mais simplement une démonstration de ce que son ratio autonomie/puissance de recharge donne dans la réalité. Ce n’est sans doute pas pour rien que c’est cette citadine qui est régulièrement utilisée dans les reportages à charge sur les limites de la voiture électrique sur les longs trajets. Pourtant, la Renault Zoé est une bonne citadine qui promet une certaine forme de polyvalence. Notamment au quotidien, avec une conduite douce et une atmosphère zen, bien que l’autonomie sur autoroute soit limitante. Mais c’est bien sa puissance de recharge rapide qui annihile toute ambition de voyage à son volant. Voilà l’une des missions de la prochaine Renault 5, qui remplacera la Zoé prochainement.

Le Supertest, c’est quoi ?

Amoureux des chiffres et allergiques aux fiches techniques officielles, le Supertest, nouveau format d’essai d’Automobile-Propre, est fait pour vous, rassemblant des données collectées lors d’un essai en conditions réelles et selon un protocole transparent et précis. Nous les ajouterons le mercredi suivant la publication du second volet consacré à la Renault Zoé R135 à notre article récapitulatif permettant de confronter les valeurs relevées des modèles essayés, ce qui fera toute la valeur de la rubrique.

Si vous souhaitez aller plus loin, n’hésitez pas à consulter nos essais et à échanger avec la communauté sur notre forum de discussion.