Nissan LEAF

La Nissan LEAF, essayée au Portugal, à Lisbonne.

La LEAF sera le premier modèle électrique de Nissan, commercialisé à partir de juin 2011 en France. J’ai eu le privilège de la tester pour vous, en avant-première.

C’est dans le superbe musée de l’électricité de Lisbonne que nous avons été accueillis par l’équipe en charge de la voiture électrique chez Nissan. Ce bâtiment, qui est une ancienne centrale électrique à charbon, est un lieu hautement symbolique pour présenter une voiture électrique zéro émission !

Musée de l'électricité à Lisbonne.

Le musée de l'électricité à Lisbonne, qui est une ancienne centrale électrique à charbon.

La genèse de la LEAF

Avant les essais, nous avons eu droit à un bref rappel des objectifs du projet LEAF. L’équipe de Nissan nous a tout d’abord expliqué les raisons de sa transition vers le véhicule électrique. En gros, ce sont un peu les mêmes arguments que les autres constructeurs : baisser la moyenne des émissions de CO2 de leur gamme et proposer une solution qui soit acceptable au niveau de l’impact environnemental, pour faire face aux défis des villes et des pays émergents qui s’équipent en masse.

Nous avons aussi eu quelques explications sur les batteries, et ce que j’ai noté d’intéressant c’est que Nissan indique qu’au bout de 5 ans, une batterie n’est plus qu’à 80% de sa capacité de charge, et elle passe à 70% au bout de 10 ans. Il faudra donc avoir cela à l’esprit lors d’un achat, mais j’ai apprécié cette transparence, ils auraient très bien pu se garder de nous le dire…

François Bancon et la Nissan LEAF

François Bancon, chef de la stratégie produit de Nissan, qui est un peu le papa de la LEAF.

Toujours sur les batteries, j’ai appris que les batteries laminées étaient choisies pour leur meilleur rendement et leur meilleur refroidissement ce qui entraîne une longévité accrue des batteries, à l’inverse des autres appareils électroniques que l’on connaît (téléphones mobiles, etc). Nissan espère produire 500 000 batteries d’ici 2012 / 13, ce qui peut donner une idée des ambitions du constructeur en terme de ventes.

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur la voiture et ses caractéristiques, je vous invite à consulter la fiche descriptive de la Nissan LEAF sur Automobile Propre, que je viens de mettre à jour.

La voiture électrique et le Portugal

Avant de passer à l’essai de la Nissan LEAF, je voulais absolument vous parler du Portugal et de son avance au niveau du déploiement de la voiture électrique. Ils ont un programme, appelé Mobi.e, qui permet à tous de prendre un abonnement pour recharger sur toutes les bornes du pays, et il y a déjà 1400 bornes publiques dans tout le Portugal, dont 50 bornes de charge rapide sur les autoroutes.

Une borne de recharge rapide Mobi.e

Une borne de recharge rapide Mobi.e, croisée par hasard lors d'un arrêt sur une aire d'autoroute à l'extérieur de Lisbonne.

Le client a la possibilité de choisir le fournisseur d’électricité qui fournit le meilleur tarif, et la carte Mobi.e pourra être ouverte à d’autres services (auto-partage, …) mais aussi à d’autres pays. Je trouve ça assez génial, et j’espère que la France arrivera à faire quelque chose d’aussi simple pour l’utilisateur, mais j’ai de sérieux doutes…

Quoi qu’il en soit, tous les journalistes présents à cet essai ont reçu cette carte pour charger la LEAF durant la journée, bien qu’elle soit valable jusqu’à la fin de l’année.

Essai de la LEAF

J’ai donc pu prendre le volant de la LEAF, avec Philippe, rédacteur pour BlogAutomobile, pour un essai qui s’est déroulé en deux parties : une virée le long de la côte pendant une heure et demi, et un trajet d’une heure dans le centre-ville de Lisbonne. Entre les deux, nous avons chargé la voiture sur une borne de charge rapide, bien que l’autonomie de la voiture aurait été suffisante pour ne pas avoir besoin de recharger.

La Nissan LEAF et son conducteur.

On s'est levé tôt pour faire l'aller-retour Paris-Lisbonne dans la journée, et ça se voit :-) Qu'est-ce qu'on travaille dur pour nos lecteurs !

Impressions de conduite

Mes premières impressions au volant ont été les mêmes que sur la Renault Fluence : c’est un vrai véhicule ! On sent qu’on est dans une voiture qui n’a rien à envier à ses équivalents thermiques. L’accélération, la reprise, et surtout le confort sont au rendez-vous.

Je reviens dessus à chaque fois, mais le silence de conduite est vraiment agréable. A tel point, que les bruits extérieurs peuvent parfois effrayer, c’est le cas quand on roule sur une bande sonore !

La planche de bord affiche beaucoup d’informations, et il n’est pas forcément évident de s’y retrouver au premier abord ! Le GPS affiche les bornes de charge à disposition dans les alentours, et il est possible de visualiser le « rayon » dans lequel l’autonomie restante nous permet de nous déplacer. Très pratique.

Nissan LEAF, sur la place du commerce à Lisbonne.

Elle a fière allure cette LEAF sur la place du Commerce à Lisbonne.

Un mode « éco » permet d’économiser environ 10% d’autonomie en roulant de façon moins agressive. En ville, c’est tout à fait adapté. Sur nationale, un peu moins.

Au niveau de la tenue de route, j’ai pu enchaîner quelques lacets sur les hauteurs, et la LEAF est vraiment sécurisante, même dans une conduite un peu « sport ». Par contre, l’autonomie s’en ressent… mais on récupère pas mal de charge batterie au freinage et en descente.

C’est d’ailleurs l’un des points qui m’a le plus surpris : le freinage me semble récupérer beaucoup d’énergie. Ainsi, dans la conduite en ville, on « consomme » très peu, alors que sur l’autoroute le témoin de charge baisse très vite ! Gare aux erreurs de trajet et aux déviations imprévues !

Nissan LEAF, capot ouvert.

Les entrailles de la bête.

Sur l’autoroute, nous nous sommes arrêtés pour changer de conducteur, et nous avons eu la bonne surprise de trouver une borne de recharge rapide ! Tout semble prêt pour accueillir la voiture électrique, c’est vraiment impressionnant ! Et surtout, ça n’a pas l’air d’être si compliqué à déployer lorsqu’une véritable volonté politique est là. Nos dirigeants feraient bien d’en prendre note…

Vie à bord

La Nissan LEAF est une voiture confortable et plutôt bien équipée. Remarquez, c’était important, car il n’y a qu’une seule option sur cette voiture : c’est le petit panneau solaire sur le becquet arrière. En tout cas, je me suis senti bien dans cette voiture.

Par contre, la LEAF manque un peu de rangements à mon goût. Petite déception aussi au niveau de la banquette arrière dont on ne peut pas rabattre l’assise complètement pour avoir un plancher plat.

L'intérieur de la Nissan LEAF

On se sent bien à bord, malgré le fait qu'il y ait beaucoup d'informations affichées sur les tableaux de bord. Un peu une voiture de geek :-)

Ma conclusion

Au final, la Nissan LEAF est certainement le véhicule électrique le plus abouti que j’ai pu essayer. Une voiture complètement conçue autour de la motorisation électrique. Et si je la compare aux trois cousines Peugeot iOn / Citroen C-ZERO / Mitsubishi MiEV, il n’y a pas photo ! Pour un prix équivalent, la LEAF est un produit d’une qualité bien supérieure.

En toute objectivité, à la vue de toutes les voitures électriques que j’ai pu essayer et en fonction de mes besoins, si je devais acheter une voiture électrique, ce serait la LEAF…

En savoir plus :

Yoann & la Nissan LEAF

La prise pour charge rapide qui permet de récupérer jusqu'à 80% de la charge de la batterie en 30min.