L'essai à l'Eco Marathon Shell

À l’occasion de l’Eco Marathon Shell, j’ai eu le plaisir le prendre le volant d’un « cigare roulant » pour un tour de circuit. Une expérience unique qui permet de mieux comprendre la compétition et notamment comment le pilotage joue un rôle central dans la consommation de carburant.

Une chose est sûre, tout le monde ne peut pas rouler avec ces prototypes, il faut avoir un gabarit adapté ! L’espace à bord est très exigu et il faut arriver à « s’intégrer » dans la voiture. Pour ça, j’ai troqué mes baskets contre des ballerines afin de pouvoir joindre les pieds au plus proche du nez de mon véhicule. Une position qui permet de rentrer ensuite les genoux sous le guidon avant de s’allonger complètement, le menton presque collé sur la poitrine. Me voilà installé et vous aurez compris que c’est loin d’être confortable !

Après un rapide briefing, l’équipe d’organisation referme le cockpit et croyez-moi, il ne vaut mieux pas être claustrophobe ! Je suis accompagné jusqu’à la ligne de départ moteur éteint et poussé par des commissaires de courses : j’ai vraiment l’impression d’être un pilote de course à cet instant :-)

C’est le moment de démarrer le moteur et le commissaire de course me donne le feu vert : c’est parti ! J’essaie d’accélérer doucement pour ne pas trop consommer de carburant, mais je dois tout de même appuyer assez sensiblement pour élancer le véhicule. Ma stratégie est de rouler doucement, d’élancer le véhicule puis me mettre en roue libre autant que possible.

Le tracé du circuit m’est inconnu, et dans les premiers instants je me rends compte que la visibilité est ultra-limitée. Il me faut quelques secondes pour bien comprendre le balisage. Une concentration maximale est nécessaire pour comprendre le tracé tout en cherchant à préserver une allure minimale sans forcer sur la poignée de gaz.

Au final, le tour passe assez vite et j’ai la sensation d’avoir été plutôt économe en carburant. À l’arrivée dans les stands, les ingénieurs de Shell font toute une série de mesures pour calculer précisément ma consommation. Résultat : 1.89 l/100 km. Je suis un peu déçu, je pensais avoir fait beaucoup moins, sachant que j’étais presque tout le temps en roue libre !

Dans tous les cas, l’expérience a été très intéressante ! J’aurais aimé pouvoir installer ma petite caméra à l’intérieur pour vous la faire vivre en immersion, mais je n’ai pas été autorisé à l’embarquer. Voici donc une vidéo de mon installation dans le véhicule pour mieux comprendre ce que vivent les pilotes du challenge !