Proposé à un tarif défiant toute concurrence, le MG ZS EV fait partie des nouveaux venus sur le segment grandissant des SUV électriques où il rejoint le Peugeot e-2008, lancé en début d’année. Mais que valent ces deux nouveaux modèles ? C’est que nous avons voulu savoir sur un trajet reliant Paris et Strasbourg où nous avons pu les comparer au Hyundai Kona électrique.

Encore inexistante il y a seulement quelques années, la catégorie SUV électrique ne cesse de s’agrandir et accueille même des constructeurs chinois. Désormais propriété du groupe SAIC, l’ancienne marque britannique MG a lancé depuis quelques semaines en France un premier modèle baptisé ZS EV. Après l’avoir comparé à la Renault ZOE, nous l’embarquons sur un nouvel essai pour l’opposer à deux autres modèles du même segment : le récent Peugeot e-2008 et le Hyundai Kona électrique.

Des caractéristiques proches

Sur le plan technique, nos trois SUV sont très proches. Un poil plus puissant que le e-2008 et le Kona, tous deux limités à 100 kW, le MG ZS EV grimpe à 105 kW de puissance maximale.

Côté batterie, c’est le Peugeot e-2008 qui affiche les meilleures performances. Avec 46 kWh de capacité utile et 310 km d’autonomie théorique, il surclasse le MG ZS EV qui totalise 42,5 kWh de capacité utile pour 260 km d’autonomie WLTP. Sur le Kona, nous avons volontairement opté pourra la « petite » batterie de 39,2 kWh pour mieux équilibrer le match.

MG ZS EVPEUGEOT E-2008KONA EV
Puissance maximale du moteur (kW)105100100
Batterie nominale (kWh)44.55042
Batterie utile (kWh)42.54639.2
Autonomie WLTP (km)263310289

En matière de gabarit, le MG ZS EV est le plus grand. Avec 4,31 m en longueur, il devance de peu le Peugeot e-2008 qui totalise 4,30 m. Plus compact, le Hyundai Kona ne mesure que 4,18 m.

Au niveau du coffre, c’est à nouveau le MG qui l’emporte avec 448 litres et l’avantage d’un double plancher qui fait gagner en hauteur de chargement. le e-2008 est juste Pénalisé par un double fond moins profond que son concurrent chinois, le e-2008 arrive juste derrière avec 405 litres. Avec un espace à la fois moins haut et moins profond, le Kona électrique termine bon dernier avec une capacité limitée à 332 litres.

MG ZS EVPEUGEOT E-2008KONA EV
Longueur (mm)431443004180
Longueur (mm)431443004180
Largeur (mm)180918151800
Hauteur (mm)164415301570
Empattement (mm)258526052600
Masse à vide (kg)153215481610
Coffre448 – 1166405 – 1467332 – 1114

A l’intérieur, le Peugeot e-2008 reprend le style des derniers modèles de la marque et arbore la présentation la plus moderne de ce comparatif. L’ergonomie laisse toutefois à désirer avec un volant qui vient masquer les compteurs et des commandes climatisation peu pratiques à utiliser.

A bord du Kona, la présentation est plus classique. Le SUV coréen se distingue toutefois par son ergonomie bien pensée, son dispositif d’affichage tête haute et son système multimédia plus abouti. Sur la partie électrique, il offre beaucoup plus de possibilité de personnalisation que sur ses deux concurrents.

Dans le MG, l’ambiance est beaucoup moins geek : pas d’instrumentation numérique, un écran tactile peu réactif et surtout l’absence de climatisation automatique.

Aux places arrière, c’est le MG qui l’emporte avec un bel espace aux jambes et une bonne garde au toit. A bord du Peugeot e-2008, on a un bon espace pour les genoux et même une hauteur de toit supérieure au MG. Seuls bémols : un espace un peu moins large au niveau des coudes et une vitre arrière qui ne se baisse pas totalement. Plus court, le Kona est celui qui offre le moins d’espace de notre comparatif. Si l’espace aux jambes est bien moins généreux, la largeur aux coudes et la garde au toit restent toutefois corrects.

Sur autoroute

Partis de Paris pour rejoindre Strasbourg, notre trajet commence par une grosse partie d’autoroute. En matière de performances, les trois modèles sont extrêmement proches. C’est toutefois le Kona qui s’impose avec un couple plus élevé et une bonne réactivité sur la pédale. Il est également légèrement plus rapide en pointe avec une vitesse maximale à 155 km/h contre 150 pour le e-2008 et 140 pour le MG. A l’inverse, il est bon dernier sur le 0 à 100 km/h. Une performance qu’il abat en 9,7 secondes contre 8,2 pour le MG et 8,5 pour le Peugeot.

Sur le volet des aides à la conduite, nos trois SUV sont plutôt bien équipés. Tous embarquent régulateur de vitesse et dispositif de maintien dans la voie. Sur le Peugeot e-2008, l’option est facturée 400 euros et l’ergonomie n’est pas idéale avec un commodo caché derrière le volant.

MG ZS EVPEUGEOT E-2008KONA EV
Puissance maximale du moteur (kW)105100100
Couple maximal du moteur (Nm)353260365
Vitesse maximale (km/h)140150155
0-100 km/h8,2 sec.8.5 s9.7 s

En usage urbain, le Peugeot e-2008 se distingue en maniabilité grâce à sa direction très légère et son petit volant. Il possède par ailleurs le rayon de braquage le plus court de notre panel : 10,4 m contre 10,6 pour le Kona et 11,2 m pour le MG ZS qui affiche la direction la plus lourde. Quant au Kona, il possède la plus petite garde au sol. Conséquences : la position de conduite est plus basse et la vision moins panoramique.

Si tous proposent le système, la régénération se révèle très variable d’un modèle à l’autre. Gagnant sur l’ergonomie, ke Kona dispose d’un système réglable via les palettes au volant avec quatre modes de régénération. Sur le MG, on peut aussi moduler l’intensité du freinage régénératif avec plusieurs modes. Moins pratique, le réglage s’effectue grâce à un bouton logé sur la console centrale. Moins évolué, le Peugeot e-2008 se contente d’un simple mode « B ». Activable via le sélecteur de vitesses, celui-ci renforce l’intensité du frein moteur mais avec un effet beaucoup moins marqué que ses deux concurrents.

Du coté des aides au stationnement, nos trois modèles d’essai sont proches puisqu’ils disposent des caméras et des radars de recul. Le Peugeot e-2008 se distingue toutefois par la présence de radars à l’avant. Une option facturée 260 euros.

Une infrastructure qui fait toujours défaut

Pour Automobile-Propre, la réalisation de ce long trajet en voiture électrique était aussi l’occasion de tester les infrastructures de recharge. Avec l’arrêt d’une grosse partie des bornes Corri-Door, il a fallu nous adapter pour ce périple en direction du Grand Est. En partant de Paris, nous réalisons une première étape à Reims sur une station du réseau Ionity.

Au terme de cette première session de charge, le bilan est mitigé. Sur cinq bornes proposées, dont une limitée en 50 kW, deux ne fonctionnaient pas.  Alors que le Peugeot e-2008 a pu grimper à plus de 80 kW, le Hyundai Kona a eu plus de difficulté avec des pointes à 46 kW et des problèmes de connectivités qui nous ont obligé à redémarrer la charge à trois reprises. Si l’authentification ne nous a pas posé de souci, un propriétaire de Porsche Taycan n’a pas eu cette chance. Après avoir attendu plusieurs dizaines de minutes que nous libérions les places, il n’est jamais parvenu à démarrer la charge et a finalement choisi de tenter sa chance sur une seconde station Ionity, située sur l’aire opposée. Un peu dommage pour une voiture de luxe, d’autant que le Porsche, marque du groupe Volkswagen, fait partie des financeurs du réseau.

Faute de bornes rapides disponibles sur le parcours, notre seconde étape recharge s’est déroulée à Verdun, cette fois sur des bornes AC limitées à 22 kW. Une fois encore, le bilan est en demi-teinte. Si la charge du ZS EV et du Kona n’a pas posé de souci, nous avons rencontré plus de difficultés avec le e-2008. Pour des raisons qui nous échappent, celui-ci n’a pas réussi à charger. Problème de borne ou de voiture ? Nous ne le saurons pas. Toujours est-il que le problème a pu être réglé en déplaçant la voiture sur une autre borne située à proximité. Avec une puissance limitée à 7 kW sur les trois voitures, l’arrêt de Verdun aura duré plusieurs heures avant de repartir par l’autoroute direction Strasbourg via une ultime étape à Saint-Avold où nos concurrentes se sont succédées sur la seule et unique borne rapide disponible.

Le Hyundai Kona électrique en charge à Verdun

Au final, le bilan est sans appel : si la nouvelle génération de voitures électriques est tout à fait adaptée aux trajets autoroutiers, l’infrastructure de recharge n’est pas au rendez-vous. Au-delà de la problématique de capillarité des réseaux, c’est aussi la disponibilité qui fait défaut. Sur le trajet retour, deux bornes de la station Ionity de l’aire de Gueux (Reims) étaient de nouveau hors-service.

Evidemment, certains diront que nous n’avons pas choisi la facilité avec des modèles aux capacités batteries inférieures à 50 kWh. Il n’empêche que nous n’aurions eu aucun souci si le maillage avait été suffisant, par exemple avec la garantie de stations à charge rapide déployées tous les 100 km.

Le bilan consommation et les tarifs

Au terme d’un trajet de plus de 500 km réalisé sur un parcours majoritairement sur autoroute, c’est le Hyundai Kona qui remporte le match de la consommation avec 18 kWh/100 km de moyenne. Second de ce classement conso, le Peugeot e-2008 affiche près de 20 kWh de moyenne tandis que le MG ZS-EV termine bon dernier avec 21 kWh/100.

Du côté des tarifs, le MG ZS EV surclasse largement ses deux concurrents avec un prix à 31.990 € hors bonus dans la finition Luxury de notre modèle d’essai. 7000 € plus chères, nos versions d’essai du Kona (Creative) et du e-2008 (Allure) sont respectivement proposées à 39.100 et 39.150 € hors bonus.

Au final, le SUV chinois affiche un rapport prix-équipement imbattable. L’écart de prix se réduit toutefois sur les finitions d’entrée de gamme. C’est notamment le cas sur le Kona qui descend à 34.900 €, soit 4000 euros de plus que le modèle de MG.

MG ZS EVPeugeot e-2008Hyundai Kona
Finition du modèle d’essaiLuxuryAllureCreative
Tarif modèle essai31 990 €39 150 €39 100 €
Tarif entrée de gamme  29 900 €37 550 €34 900 €

L’avis de la rédaction

Un Kona électrique pour la techno, un e-2008 pour le style ou un ZS EV pour le prix ? Si nos trois concurrentes disposent d’arguments particulièrement convainquant, c’est au final le Hyundai Kona qui est retenu par nos trois essayeurs. Malgré sa moindre habitabilité, le SUV coréen a su convaincre la rédaction sur la conduite mais aussi sur la partie technologique avec un système à la fois plus économe et plus abouti.

Sur la seconde marche du podium, la bataille est serrée et nous plaçons finalement le Peugeot e-2008. Le modèle du lion se distingue par son style et son agrément de conduite et devance un MG ZS EV qui reste de loin le meilleur sur le plan prix-prestations.

 

Et vous ? Quel est votre favori ? N’hésitez pas à donner votre avis dans les commentaires et à répondre au sondage ci-dessous.