Le concept-car E-Tense 100% électrique présenté par DS l’année dernière laissait présager d’un label résolument électrisé. Déception : il sera finalement réduit à désigner la version hybride-rechargeable du SUV DS7 Crossback présenté cette année au Salon de Genève.

Les années-lumière de retard accumulées par le groupe PSA, propriétaire de DS, dans la mobilité électrique ne seront pas rattrapées. On avait pourtant cru à un sursaut l’année dernière, lorsque le constructeur dévoilait son concept-car DS E-Tense au salon de Genève 2016. Dans ce qui semble être une immuable tradition pétrolière, DS a présenté cette année son nouveau SUV DS7 Crossback 100% thermique. La version « E-Tense » hybride rechargeable ne sortira qu’en 2019 en même temps que la gamme tout-électrique prévue par PSA. Elle était présente au salon sous la forme d’un simple démonstrateur à côté de sa vedette thermique.

Performances plug-in hybride basiques

N’espérez pas retrouver les 53kwh de batterie qui logeaient dans le concept-car E-Tense : l’hybride rechargeable DS7 Crossback ne disposera que de 60 kilomètres d’autonomie tout-électrique annoncée selon le cycle NEDC. Le pack lithium-ion dont la capacité n’a pas été précisée par le constructeur aura une puissance de 90kw. Le SUV disposera d’environ 300 chevaux cumulés via un moteur essence de 200ch épaulé par deux moteurs électriques de 80kw chacun, disposés à l’avant et à l’arrière. En mode 4×4  le couple obtenu sera de 450Nm, distribué via une boite à 8 rapports. La recharge s’effectuera au mieux en 2h30 sur une prise domestique au moyen du chargeur 6,6kw intégré.

En version thermique, la DS7 Crossback est déclinée en 5 moteurs de 130 à 225 chevaux dont 3 essences et deux diesels BlueHDi. Tous les tarifs du SUV ne sont pas encore connus. Seule la version haut-de-gamme « La Première » est actuellement disponible à la réservation à partir de 53 400€.

Esthétique sobre et technologies embarquées

Il n’y aucun artifice dans la silhouette de la DS7 Crossback. Le SUV est plutôt discret, dépourvu de lignes aérodynamiques soulignées, mais demeure élégant. Les LED des phares arrière sont coiffées d’un motif écaillé conférant une touche raffinée. A l’avant, la large grille à carreaux de la calandre renforce le caractère du véhicule.

Sur le plan technologique, la DS7 Crossback embarque un système baptisé « DS Connected Pilot » pouvant s’apparenter à un pré-pilote automatique. Un dispositif de détection des signes d’inattention et de fatigue du conducteur est également présent. Il est accompagné d’un système de stationnement automatique, d’un dispositif d’amélioration de la visibilité de nuit et de phares dont le faisceau s’ajuste en fonction de la route et la vitesse du véhicule. Les constructeur annonce également des suspensions pilotées via une caméra détectant les imperfections de la route.

Il ne manquait qu’une chose à la DS7 Crossback : une motorisation 100% électrique. En commercialisant ses premiers véhicules électriques et plug-in hybrides en 2019 -plus de 10 ans après la sortie de la première Tesla, 6 après la BMW i3 et la Renault Zoé, la marque demeure dans une identité thermique de plus en plus usée. Il serait temps de se débarrasser du vieux mobilier dans la maison PSA.

DS 7 Crossback E-Tense, le destin tragique d’un label électrique
4.5 (90%) 2 vote[s]