courb-c-zen

Le constructeur français Courb a accéléré sa communication ces dernières semaines, avant le lancement de sa première voiture électrique, la C-ZEN, au mois de mars. Mais ce nouveau constructeur peut-il vraiment réussir son pari ?

C’est une question qui me revient à chaque fois que j’entends parler de Courb : peuvent-il vraiment réussir sur le marché de la voiture électrique, là où il y a déjà eu tellement de morts ? Rappelez-vous : Think, Aptera, Fisker, Coda… Sans parler de Mia et de ses difficultés.



Avec une équipe de 25 personnes (pour l’instant), les dirigeants de cette entreprise lyonnaise nourrissent de grandes ambitions : ils cherchent à lever 10 millions d’euros en 3 à 6 mois par l’intermédiaire du crowdfunding afin de renforcer leurs fond propres. Ils présentent cela comme la plus grosse opération de financement participatif en Europe.

Voici d’ailleurs l’interview d’Hervé Arnaud, le fondateur de Courb, sur BFM Business :

Pour rappel, la C-ZEN c’est une voiture électrique utilitaire dotée d’une autonomie de 120 km pour une vitesse maximale de 110 km/h. Elle pèse 740 kg avec ses batteries lithium-ion d’une capacité de 12,4 kWh et propose un coffre de 540 L. La C-ZEN est fabriquée à Saint-Priest, dans les anciens locaux de Renault Trucks. C’est d’ailleurs le seul véhicule électrique à avoir obtenu le label Origine France Garantie, ce que ne manquent pas de mettre en avant les fondateurs de l’entreprise.

coffre-courb-c-zen

Si je n’aime pas franchement le design de la voiture (mais les goûts et les couleurs…), c’est surtout le positionnement qui n’est pas très clair pour moi, « c’est tout sauf un véhicule utilitaire, alors que ce véhicule est classé véhicule utilitaire, pour des raisons fiscales » explique Hervé Arnaud. Pourtant, la C-ZEN semble s’adresser plutôt aux professionnels avec un tarif de 14 600 € HT, batteries comprises et bonus écologique déduit.

Au niveau du prix, c’est raisonnable mais la question est de savoir si le véhicule saura séduire les professionnels et les particuliers. Ces derniers devront s’acquitter de la TVA, soit un véhicule à partir de 17 520 €. À comparer aux 19 690 € d’une Volkswagen e-Up… le choix risque d’être assez vite fait, notamment si on commence à parler de crash-test et de sécurité.

interieur-courb-c-zen

L’autre point faible des « petits constructeurs » comme Courb, c’est le service après-vente et l’entretien. Courb a plutôt bien joué sur ce côté là en s’associant avec Feu Vert pour offrir un réseau d’entretien digne de ce nom. Précisons d’ailleurs que Feu Vert va équiper ses centres de véhicules de courtoisie Coub, comme l’avait fait en son temps Norauto avec… Think.



Courb s’est également rapproché de Groupama afin de proposer une solution d’assurance à 1 € par jour à ses clients et une assistance 24/7. Des solutions en LOA sont également disponibles, à partir de 216 € HT par mois.

ligne-courb-c-zen

En résumé, même si je souhaite sincèrement à Courb de réussir, j’ai vraiment des doutes sur la capacité de l’entreprise à tenir ses objectifs : écouler 750 exemplaires en 2014, 1 500 en 2015, 3 000 en 2016 et 6 000 en 2017. Cela me paraît ambitieux d’autant que je ne partage pas tout à fait la vision d’Hervé Arnaud qui pense que le marché du véhicule électrique va « exploser » dans les prochaines années. Je crois au contraire que la transition prendra encore du temps et qu’elle se fera progressivement…

Quoi qu’il en soit, ce sont les qualités du produit qui feront la différence. Il faudra donc tester la C-ZEN sur route pour se rendre compte du potentiel de développement de Courb…