Prix recharge

Je suis revenu des assises des infrastructures de recharge avec une certitude : les bornes de recharge publiques ne resteront pas longtemps gratuites…

Combien facturer une recharge sur une borne publique (comprenez une borne accessible en dehors de votre domicile) ? Est-ce qu’il est possible d’atteindre une rentabilité en déployant des infrastructures de recharge ? C’est la question que se posent en ce moment les (futurs) opérateurs.



Il faut dire qu’en France, l’infrastructure de recharge est plus que limitée et déployée de façon anarchique quand d’autres pays comme les Pays-Bas ou la Norvège ont été assez intelligents pour déployer un réseau de borne cohérent et souvent accessible avec un système d’authentification commun.

Dans la plupart des pays Européens qui sont plus avancés que nous dans le déploiement des infrastructures, ce sont bien souvent les fournisseurs d’électricité qui ont investi dans un réseau maillant le territoire. En France, EDF en est toujours au stade des expérimentations dans différentes régions… et visiblement, aucun réseau de recharge national ne semble être au programme chez le géant français de l’énergie.

Un problème de business-model ?

Il faut dire que la rentabilité d’un réseau de point de charge est difficile à trouver. La plupart des bornes de recharge sont gratuites aujourd’hui et on voit mal comment faire payer la recharge plus que quelques euros. Des lors, avec un faible nombre de voitures en circulation et un coût de recharge limité, difficile de couvrir les coûts d’un point de charge : la place de parking, l’installation, l’électricité, la supervision et la maintenance.

Pourtant, dans certains pays la recharge est déjà payante et des points de charge sont accessibles dans tous le territoire. Ainsi, en Allemagne, la recharge est payante sur les 1500 stations déployées par RWE. L’opérateur facture un abonnement de 4,95 € par mois et 0,25 € par kilowatt-heure consommé. RWE offre la garantie d’un tarif inchangé sur 12 mois et ses stations sont alimentées par de l’électricité d’origine 100% renouvelable.

On ne sait pas si cette offre est rentable pour eux, mais les Allemands semblent prêts à accueillir des voitures électriques sur leur territoire…

En France, des études sont en cours pour connaître le prix que les utilisateurs de voiture électrique seraient prêts à payer pour une recharge. Les tarifs qui circulent seraient de l’ordre de 3 euros de l’heure pour de la recharge accélérée et de 8 euros de l’heure pour de la recharge rapide. Des tarifs qui pourraient repousser les utilisateurs ayant de toute façon le choix de recharger chez eux ou à domicile.

D’autres réseaux comme Autolib facturent déjà la recharge, mais le prix les prix semblent avoir dissuadé les utilisateurs de voitures électriques : 180 € par an auxquels il faut rajouter des frais en fonction de la durée et de l’endroit de recharge :

Pourtant, il semble nécessaire d’aller vers une facturation des recharges en dehors du domicile et de trouver un modèle économique pour les stations de recharge sous peine de se retrouver avec une offre marginale au niveau des infrastructures.



Certes, la rentabilité ne pourra pas être atteinte avant plusieurs années et il faut une capacité d’investissement considérable. Je ne peux pas m’empêcher de me dire que c’est un rôle taillé sur mesure pour EDF, que j’aimerais voir plus ambitieux dans ce domaine pour proposer un vrai réseau national… sans pour autant bloquer les nouveaux entrants (oserais-je dire que c’est une spécialité maison…).

Ce qui est certain : c’est le consommateur qui va trancher sur le succès des infrastructures de recharge publique et de leur tarification. Rappelons que ce qui change par rapport à la voiture traditionnelle, c’est que le conducteur d’une voiture électrique peut faire le plein chez lui dans 95% des cas pour un prix compris… entre 1,5 euros et 3 euros !