La Mia et la BlueCar

Voici les résultats de ventes de voitures électriques pour le mois de juin. Nous vous proposons une analyse des immatriculations à mi-année, ainsi qu’une nouvelle présentation. Alors, à vos commentaires ;-)

Juin : un mois en berne

Le marché de la voiture particulière électrique n’avait pas connu un niveau aussi bas depuis… le mois d’Août 2011. Quelle déception !



Alors que Bolloré, qui jusqu’ici dopait le marché avec sa Bluecar destinée au service d’autopartage Autolib’, n’immatricule plus que 2 voitures, les ventes des autres acteurs s’affalent également. Bilan : seulement 112 ventes de VP 100% électriques.

Le suivi mensuel des ventes de voitures électriques

La tendance générale est à la baisse. Tous les ténors de la catégorie plongent. Seul Citroën présente – sur le mois isolé – des chiffres avec une tendance plutôt positive. En valeur absolue, ce ne sont que 28 C-zéro qui ont trouvé preneur !

Au cumul à fin Juin

La Bluecar détient près de 61% de part de marché depuis le début de l’année. Si on expurge cette voiture des statistiques (véhicule non commercialisé pour le grand public, destiné au service Autolib’ à Paris), le volume de ventes sur le premier semestre tombe à 888 unités, soit 7% de moins qu’a fin juin 2011.

Les ventes de voitures électriques comparées à 2011

Le comparatif des volumes à fin juin 2011 et 2012 met en évidence que les bons élèves de l’an passé sont tous en difficulté cette année, avec des volumes en baisse : Citroën, Peugeot, (feu) Think, Mitsubishi ou encore Smart.

À l’inverse, les nouveaux entrants sur le marché se portent plutôt bien : Bolloré bien évidemment, mais surtout Nissan et Mia qui réalisent des augmentations de volume importantes. La performance de Renault, certes en progression, reste décevante au regard de la notoriété et de la capillarité du réseau de distribution de la marque au losange en France.

En conclusion

Difficile exercice que d’analyser ces chiffres qui sont issus du schéma classique des statistiques de vente de voitures en France. La voiture électrique casse les codes : voici les limites des données que nous vous fournissons :

  • Les véhicules utilitaires ne sont pas présents (notamment le Kangoo ZE qui représente des volumes importants)
  • Les quadricycles ne sont pas présents (Twizy en tête !)
  • Les véhicules hybrides n’entrent pas dans les 100% électriques (une Opel Ampera ou une Chevrolet Volt auraient toute leur place dans ces colonnes)
  • Le type de clientèle n’est pas renseigné : si l’on sait que 100% des Bluecar sont destinées à la location, combien y en a-t-il dans les autres marques ? Quel est le volume de véhicules d’essai chez les différents constructeurs ?
  • Expurger les voitures du service Autolib’ est-il une bonne solution ? Ce système n’est-il pas exactement le nouveau modèle de mobilité urbaine ?

Difficile de prévoir une tendance pour le second semestre. Je vais donc vous proposer dans un prochain billet deux scénarii pour les mois à venir !



Source : CCFA

En savoir plus : Toutes les statistiques sur les ventes de voitures électriques en France