Alors que la prochaine Nissan Z s’approche, certaines rumeurs évoquent la présence d’un moteur hybride sous son long capot avant.

Apparue en 2009, la Nissan 370Z accuse sérieusement le poids des années. Sa mécanique d’une autre époque n’étant plus en phase avec les normes environnementales, elle a même déjà commencé à prendre sa retraite. C’est notamment le cas en France, ou le coupé affiché à partir de 33.500 € héritait de 20.000 € de malus. Mais la remplaçante est imminente et pourrait adopter une motorisation hybride.

Si tous les indicateurs tablent pour le moment sur la présence d’un V6 3,0 litres birturbo emprunté à l’Infiniti Q60, le spectre de l’électrification refait surface. C’est ce qu’indiquent nos confrères de Motoring, après avoir interrogé Ivan Espinosa, vice-président de la stratégie produit : « Je ne peux pas vous donner tous les détails à propos de la voiture maintenant. Ce que je peux vous dire, c’est je vois encore de la place pour deux choses différentes. Probablement à court terme, vous pourrez toujours voir arriver une technologie un peu plus conventionnelle. Par conventionnel je veux dire peut-être encore thermique, peut-être avec une certaine électrification sur les voitures de sport », a déclaré le porte-parole de la marque.



Une mécanique hybride Infiniti ou un système e-Power ?

Très floues, ces confidences pourraient toutefois annoncer la présence d’un système d’hybridation au sein de la Nissan 400Z, la prochaine génération du célèbre coupé de Yokohama.

Elle pourrait ainsi prendre sa technologie dans la banque d’organe Infiniti, qui a déjà proposé une Q50 hybride. Ou toute autre forme d’hybridation, qui s’inscrira dans l’offre e-Power de Nissan. Nous aurons dans tous les cas la réponse rapidement, puisque la Nissan 400Z devrait voir le jour au cours des prochains mois.

Avis de l'auteur

La mécanique de la prochaine Nissan 400Z intrigue. Si la présence de l’unité biturbo de l’Infiniti est très probable, son niveau d’émission de CO2 n’est pas vraiment en phase avec les objectifs de la marque, notamment en Europe : avec 210 g/km enregistré sous le capot de la Q60, leV6 n’arrangera pas les affaires du coupé de Nissan.

Si Ivan Espinosa n’a rien confirmé, l’hybridation est inévitable. Certains évoquent ainsi la présence d’une lourde dotation, avec un V6 biturbo et un moteur électrique entrainant le train opposé, transformant ainsi le petit coupé en une puissante hybride à transmission intégrale. Pour nous, cette configuration évoque trop fortement la prochaine Nissan GT-R qui, elle, serait toute indiquée pour prendre le rôle de vitrine technologique : la prochaine GT pourrait effectivement inaugurer une nouvelle forme de technologie e-Power, axée sur la performance.

Au final, la Nissan 400Z semble promue, pour le moment, à un système d’hybridation légère à alterno-demarreur 48v. Rien de bien palpitant donc, d’autant que les gains en matière d’émissions et de consommations devraient être mesurés.