Depuis le 1er janvier 2022, l’application Uber interdit à tout nouveau véhicule diesel de s’inscrire sur sa plateforme en France.

S’il faudra encore quelques années avant que le diesel ne disparaisse définitivement de la flotte d’Uber, la célèbre plateforme de VTC vient de franchir une nouvelle étape. Depuis le 1er janvier 2022, le groupe américain n’accepte plus aucun nouveau véhicule diesel ou hybride diesel à s’enregistrer sur sa plateforme française, qu’il soit neuf ou d’occasion.

En pratique, les propriétaires d’un modèle diesel inscrits avant le 1er janvier pourront toujours continuer à utiliser leur véhicule. En revanche, le diesel ne sera plus accepté s’ils venaient à changer de véhicule. Un signal particulièrement fort !

Objectif : Zéro diesel en 2024

Pour Uber, cette décision s’inscrit dans une volonté de mettre progressivement fin au diesel. En France, l’échéance est fixée à 2024.

En parallèle, la plateforme s’est lancée dans un plan ambitieux pour inciter ses chauffeurs à passer à la voiture électrique. En combinant aides et avantages, l’entreprise compte atteindre 50 % de véhicules électriques en 2025. Un objectif qui va bien au-delà des objectifs de la Loi d’Orientation des Mobilités (LOM) qui fixe aux flottes de taxis et de VTC un seuil minimal de 10 % de véhicules à faibles émissions en 2024.