Confirmant son programme annoncé en septembre dernier, le grand nom du VTC augmente aujourd’hui, mercredi 6 janvier 2021, de 3 centimes d’euro par kilomètre le prix de son service. Sauf pour l’option Uber Green qui devient ainsi la moins chère.

Dans sa feuille de route vers 2025, l’entreprise vise 50 % de véhicules électriques dans sa flotte à cette échéance, et 0 diesel dès 2024.

Pour une distance de 25 km qui correspond par exemple à une course entre le centre de Marseille et son aéroport installé sur la commune de Marignane, le surcoût serait de 75 centimes avec les formules UberX, Pool, Comfort, Van, Berline, Access et Moto.



Les utilisateurs d’Uber sont-ils prêts à supporter cet effort ? Uber pense que oui, en s’appuyant sur 2 chiffres en particulier issus d’une étude confiée à Harris Interactive : 67 % des Français considèrent l’environnement comme un sujet prioritaire, et 78 % des utilisateurs de VTC seraient prêts à payer plus cher leur course pour accompagner la transition énergétique.

Comment cette augmentation profitera-t-elle aux chauffeurs ? Uber assure que l’intégralité des sommes perçues avec cette augmentation des tarifs leur sera reversée. Mieux, l’entreprise abondera à 100 % cette cagnotte. Elle évalue à 75 millions d’euros l’enveloppe allouée à l’opération : 37,5 millions réunis grâce à la surtarification kilométrique + 37,5 millions ajoutés par ses soins.

Selon ses calculs, un chauffeur qui utilise l’application Uber pourrait s’attendre au bout de 3 ans à recevoir une aide pour passer à l’électrique de 1 600 euros s’il roule 15 heures par semaine, ou 4 500 euros avec 42 heures hebdomadaires de service.