Le constructeur californien a déposé le permis de construire de son futur superchargeur et restaurant drive-in à Santa Monica. Un nouveau type de station en clin d’œil à ces établissements emblématiques des années 50.

« Restaurant et station de superchargeur Tesla ». Voici l’intitulé de la demande de permis de construire déposée au début du mois de mars auprès de la ville de Santa Monica. Un acte qui n’a pas été confirmé par le constructeur et qui doit être soumis à l’examen des autorités locales dans les prochains jours. Elon Musk l’avait cependant annoncé dans un tweet en janvier dernier : « nous allons construire un restaurant rétro ‘rollers & rock’ sur l’un de nos nouveaux superchargeurs à Los Angeles ».

Le patron de Tesla veut ainsi revisiter ces mythiques restaurants popularisés dans les années 50, où le client est servi à bord de son véhicule par des serveurs en rollers. L’association avec une station superchargeur est particulièrement pertinente puisque la recharge nécessite une immobilisation du véhicule sur une durée idéale pour un repas.

Fort d’un réseau de 1130 stations dans le monde, Tesla veut désormais associer ses superchargeurs à des commerces. Des stations toujours plus grandes qui concentrent un nombre croissant d’utilisateurs. Le constructeur a ainsi équipé un premier superchargeur à Kettleman City, entre Los Angeles et San Francisco, qui propose une salle avec distributeurs automatiques, machine à café, comptoir et fait la promotion des solutions « énergie » de la marque.

Publicité