Tesla n’aime pas vraiment les modifications des Model 3 qui ne passent pas directement par la marque et ne manque pas de le faire savoir à certains clients.

Si la plupart des mises à jour Tesla sont gratuites et automatiques, certaines réclament une rallonge supplémentaire. C’est notamment le cas d’un dispositif qui permet d’augmenter la puissance moteur contre la somme de 2.000 dollars. Mais certaines sociétés proposent des modifications similaires plus abordables, qui ne font pas sourire la marque de Palo Alto.

Dernier exemple en date avec la Tesla Model 3. Grace à une mise à jour payante, la berline électrique peut gagner 50 ch de plus et désormais se targuer d’un 0-100 km/h en 3,9 secondes, contre 2.000 dollars. Toutefois, l’entreprise canadienne Ingenext a fait les choses différemment, pour un résultat similaire : avec un adaptateur spécifique à brancher en tout simplicité (comme indiqué par le fournisseur) la Model 3 peut grimper de 50 ch contre 1.433 dollars.



Une notification permanente sur l’écran pour les Model 3 concernées

Cette proposition n’est donc pas au goût de Tesla. Adepte de la politique propriétaire, le constructeur a décidé de punir, en quelques sorte, les conducteurs de Tesla Model 3 qui auraient fait preuve d’infidélité. Ainsi, depuis la mise à jours 2020.32.1, les exemplaires concernés ont reçu une notification sur l’écran central indiquant qu’une modification du véhicule non autorisée a été détectée. Ce message est sans incidence sur le véhicule, qui peut continuer à rouler, mais reste affiché en permanence sur la dalle. Seule solution : retirer le boitier incriminé.

Pour éviter aux clients concernés de remettre leur voiture en configuration d’origine, Ingenext a annoncé qu’un correctif sera prochainement déployé pour supprimer ce message.

Avis de l'auteur

La modification d’une voiture est l’une des libertés fondamentales de jouir de son propre bien. Cependant, peu de constructeurs sont favorables à ces personnalisations, entrainant très régulièrement la perte de la garantie, même lorsqu’il s’agit de modifications uniquement esthétiques.

Récemment, Elon Musk a changé la donne en avouant ne pas éprouver d’antipathie pour les préparateurs et autres fabricants de pièces améliorant les performances de ses voitures. Mais au regard de cette nouvelle affaire, il semblerait que les propos du patron de Tesla ne soient pas sans clauses bien particulières. Car si le catalogue d’Unplugged Performance n’est pas en conflit avec celui de Tesla, l’accueil des préparateurs est complètement différent lorsqu’ils touchent de près ou de loin aux comptes de Palo Alto.

Aussi, si les modifications n’étaient visibles auparavant qu’au passage en centre de service, les mises à jour à distance permettent de brider à distance un véhicule de quelque manière que ce soit. Dans ce cas présent, la voiture entièrement connectée montre l’une de ses limites, notamment en matière de liberté.

Tesla irait-il trop loin avec sa politique ? N’hésitez pas à nous faire part de votre avis sur la question.