La citadine électrique low-cost de Renault, la K-ZE sur base Kwid, démarre au prix de 7.890 € en Chine bonus compris, soit le tiers d’une ZOE en France !

La City K-ZE, c’est l’équivalent de la Dacia Sandero chez les automobiles électriques. En Chine, il est désormais obligatoire de respecter des quotas (12%) en véhicules rechargeables. Renault, qui n’y vend que les Koleos, Captur, Kadjar et Espace, devait apporter une alternative populaire.

Basée sur la Kwid, la citadine dédiée au marché indien, la K-ZE répond au manque. Le style est à peine modifié, mais la mécanique essence est remplacée par un bloc électrique 33 kW (45 ch) et 125 Nm. La batterie est loin d’une ZOE, avec 26,8 kWh de capacité, mais avec 271 km d’autonomie NEDC. À 60 km/h constant, Renault indique même 350 km. Une consommation donc de 10,8 kWh/100 km, car l’urbain taille seulement 3,73 m et pèse 921 kg batteries incluses.

3 K-ZE = 1 ZOE !

Et pour diffuser comme des petits pains la Renault City K-ZE, surtout face à une concurrence féroce, le prix est agressif. Le niveau d’accès est facturé 61.800 yuans, soit l’équivalent de 7.890 € après bonus. C’est moins du tiers du tarif de la nouvelle ZOE, démarrant à 28.000 € avec bonus ! Pour ce prix, l’équipement reste minime avec 2 airbags frontaux, ABS, 4 vitres électriques et c’est tout. Il faut grimper au niveau supérieur pour obtenir l’écran tactile connecté ou le radar de recul

Publicité


Il faut dire que les rivales sont nombreuses et tout aussi peu chères. La Chery eQ, meilleure vente du segment (22.000 ex en 2019), affiche un prix plus élevé (69.800 yuans), avec 57 ch, 32 kWh et seulement 151 km. Par contre, la récente Ora R1 de Great Wall débute à 61.800 yuans. Mais elle reste derrière la Française, affiche 194 km d’autonomie via batterie de 33 kWh et 47 ch.

Publicité