En attendant sa sortie définitive, la Pininfarina Battista passe les dernières étapes de sa mise au point : elle rejoint désormais la piste de Nardo.

La Pininfarina Battista sera l’une des premières supercars électriques à rejoindre les routes. Ouvrant un nouveau chapitre dans l’histoire des super-sportives, elle mettra en avant des performances de haute volée grâce à sa motorisation électrique. Et elle n’aura pas à rougir face aux mythes thermiques.

Pour prouver ses ambitions, la Battista prend le chemin de la piste de Nardo au sud de l’Italie. Le temple ultime de la vitesse, dont les 12,5 km de l’anneau ont vu passer les plus rapides et exclusives machines dans l’histoire de l’automobile. Sa configuration permet non seulement à quelques constructeurs d’essayer leurs voitures, mais aussi à quelques-uns d’entre eux d’aller chercher des records de vitesse : c’est à Nardo que la Koenigsegg CCR a décroché son record de vitesse pour une voiture de série avec une aiguille bloquée à 387,87 km/h.



Une vitesse de pointe de 350 km/h

En posant ses roues sur le circuit italien, la Pininfarina Battista compte bien appartenir à cette caste de supercars ultrarapides, que seul l’anneau de vitesse peut accueillir. Le constructeur n’a pas encore annoncé si la supercar a affolé le tachymètre lors de sa visite, mais rappelons qu’elle serait capable de viser les 350 km/h en vitesse de pointe.

Pininfarina profite aussi de sa présence à Nardo pour finaliser la mise au point de la Battista à haute vitesse : les ingénieurs peuvent observer et développer le système de freinage, l’aérodynamique, les réglages châssis, ainsi que le Torque Vectoring proposé par ses quatre moteurs électriques.