Peugeot e-208 électrique

Interviewé par nos confrères de Fleet Europe, Jean-Philippe Imparato affirme que les motorisations essence et diesel non hybrides n’ont pas d’avenir après 2030. Crédible ?

Que ce soit en Europe ou en Chine, les constructeurs sont sous pression. Le Vieux Continent veut abaisser les émissions automobiles de CO2 de 37,5% en 2030, et se prépare déjà à serrer la vis avec le Green Deal. De son côté, l’Empire du Milieu impose également des quotas à respecter, sous peine de sanction financière. Le DG de Peugeot, Jean-Philippe Imparato, s’est exprimé à ce sujet la semaine dernière.

L’hybride et l’électrique rois dans dix ans ?

Interrogé par Fleet Europe, le dirigeant de la marque au Lion a clairement annoncé la couleur. « Si vous vous voulez réduire les rejets de CO2 de 50% en 2030, alors vous devez en déduire que le segment des thermiques non-hybrides sera mort à cette date » a t-il lancé. « Bien sûr, l’évolution sera plus rapide dans certains pays, selon les choix politiques, et dans certaines catégories comme les citadines »

En effet, les ventes de véhicules hybrides et électriques ont explosé en Norvège ces dernières années. Le pays Scandinave est le champion mondial en la matière, avec 42,4% d’électriques et 13,6% d’hybrides rechargeables en 2019. Les Pays-Bas ont également connu une embellie, mais les autres pays européens tardent à suivre. Le France compte encore moins de 2% d’électriques sur le marché du neuf, et 0,8% d’hybrides rechargeables.

Au passage, le PDG de Peugeot précise que la nouvelle Peugeot e-208 compte pour « plus de 10% » des commandes de la citadine. Pas de chiffre cependant pour les nouvelles 3008 et 508 hybrides rechargeables. Idem pour le SUV e-2008 dont la commercialisation vient tout juste de démarrer.

Peugeot 3008 et 508 hybrides rechargeables

Les Peugeot 3008 Hybrid4 et 508 Hybrid au Salon de Bruxelles