Après de multiples reports, les pastilles écologiques devraient entrer en vigueur au 1er juillet 2016. Un dispositif favorable à la voiture électrique sous réserve qu’il soit appliqué par les collectivités.

Révélé en février 2015, le dispositif des pastilles écologiques, également appelé Certificat qualité de l’air, devrait finalement entrer en vigueur au 1er juillet 2016 selon des informations révélées par la ministre de l’écologie, Ségolène Royal.

« Le 1er juillet, le macaron qui indique la propreté de la voiture sera mis en place », a-t-elle annoncé,  au « Grand Jury » RTL/Le Figaro/LCI, ajoutant que « ceux qui ne l’auront pas, quand les maires décideront de la circulation restreinte, ne pourront pas rouler ces jours-là. ».

Un dispositif à 4 couleurs

Vert, violet, jaune et orange. Au total quatre couleurs devraient de classer les véhicules en fonction de leur date de mise en circulation et de la norme euro auxquelles ils répondent.



Selon la répartition présentée ci-dessous, il faudra obligatoirement passer au « zéro émission », soit à l’électrique ou à l’hydrogène, pour obtenir le fameux sésame vert qui devrait aux automobilistes concernés de pouvoir circuler même en cas de pics de pollution.

Et s’il donne un sacré avantage à la voiture électrique, on regrette que la pastille verte ne soit pas davantage ouvert à d’autres technologies alternatives comme l’hybride, l’hybride rechargeable ou le gaz naturel.

pastilles-ecologiques-france

Au bon vouloir des collectivités

Le dispositif permettra de poser un cadre national pour la classification des véhicules mais, au final, seules les collectivités pourront décider de la mise en application, ou pas, des pastilles lors des pics de pollution ou dans certaines zones de circulation restreinte.

Quant à savoir les modalités de délivrance de ces pastilles d’ici au 1er juillet, le ministère n’a communiqué aucune information à ce jour. D’après certains médias, la vignette sera valable plusieurs années et gratuite dans les six mois suivant la mise en place du dispositif puis facturée 5 euros.