Sept ans après le lancement de l’expérimentation Mini E, la marque britannique, propriété du groupe BMW, semble de nouveau s’intéresser à la voiture électrique.

Il y a quelques années, Mini avait été l’un des précurseurs de la nouvelle génération de voitures électriques avec la Mini E, un prototype expérimental sensé préparer l’arrivée de la BMW i3. A l’époque, plusieurs dizaines de véhicules avaient été expérimentés à travers le monde auprès de clients particuliers et professionnels. Animé par une motorisation de la société américaine AC Propulsion, le prototype était assez rudimentaire, l’imposant pack batteries condamnant les deux places arrière pour proposer jusqu’à 240 kilomètres d’autonomie.

Et si on pensait que Mini allait rapidement suivre le pas lors du lancement de la BMW i3, fin 2013, le constructeur est resté étrangement discret malgré le succès de son expérimentation.

Mini n’est cependant pas resté totalement inactif au cours des dernières années, présentant quelques innovations comme la Mini Superleggera. Révélé en 2014, ce petit concept de roadster 100 % électrique n’a encore jamais franchi le cap de la production.

Publicité


Mini Supperleggera : un roadster 100 % électrique présenté par Mini en 2014

« Mini est une marque urbaine et nous voyons beaucoup de véhicules électriques dans l’environnement urbain. Il nous en faut une ! » a souligné Peter Schwarzenbauer, l’un des représentants de BMW, interrogé par le site MotoringFile.

« Tout dépendra des progrès sur la technologie des batteries » a-t-il néanmoins nuancé pour justifier le retard de la marque dans le domaine. Une excuse qui n’est plus vraiment valable en 2016 où les autonomies ont largement progressé par rapport à ces dernières années. Surtout, Mini pourrait bénéficier de l’expertise de BMW i pour développer rapidement sa future voiture électrique. Affaire à suivre…

Publicité