Pour mieux envisager l’avenir, l’Arabie saoudite envisagerait de créer sa propre marque de voitures électriques.

Toujours dépendants du pétrole, les pays producteurs s’interrogent sur l’avenir. Et plus précisément les pays du Golf, à l’image de l’Arabie saoudite, qui réfléchit activement à son virage énergétique. Et l’une des solutions serait de donner naissance à un constructeur national de voitures électriques.

C’est ce qu’a indiqué en filigrane un porte-parole du Fonds Souverain du Royaume, qui a précisé que le pays cherchait à diversifier la dépendance de l’Arabie saoudite au pétrole. Cette annonce s’ajoute à celle de fin janvier émanant de Yasir Al-Rumayyan, le chef du Fonds Public d’Investissement qui déclarait que le royaume cherchait à conclure des accords pour une production locale.



Dans la trajectoire de Togg

D’après des sources anonymes qui se sont confiées à Bloomberg, l’Arabie saoudite aurait embauché des conseillers, dont le Boston Consulting Group, pour explorer les possibilités de créer un constructeur national de voitures électriques.

Le pays suivrait alors la trajectoire de la Turquie, qui a lancé la marque Togg. Pour se donner les moyens de ses ambitions, l’Arabie saoudite chercherait des partenaires automobiles. À ce titre, rappelons que le royaume et Lucid Motors ont signé un accord autour de l’implantation d’une unité de production au nord de Djeddah, dans la ville économique du Roi Abdallah.