Lancé en juin dernier, le nouveau Renault Captur PHEV prend la tête des immatriculations de voitures hybrides rechargeables en octobre.

Pour la première fois en France, les immatriculations de voitures hybrides rechargeables ont dépassé celles du tout électrique. Alors que l’arrivée constante de nouveaux modèles contribue à dynamiser les ventes, c’est aussi le succès du Renault Captur hybride rechargeable qui explique le succès du segment.

Sur le seul mois d’octobre, Renault a immatriculé 1 693 exemplaires de son SUV branché. Ce dernier a représenté à lui seul près de 17 % des 10 214 voitures hybrides rechargeables immatriculées dans l’Hexagone au cours du mois écoulé.

En seconde position, mais loin derrière, on retrouve un autre modèle français : le Citroën C5 Aircross hybride rechargeable, écoulé à 926 exemplaires. Arrivent ensuite le nouvel Audi Q5 eTFSI et le Mercedes GLC dont les immatriculations s’élèvent respectivement à 612 et 513 unités.

Plus de 50 000 immatriculations sur l’année

Selon les données du CCFA, les immatriculations de voitures hybrides rechargeables ont été multipliées par presque quatre en un an. Sur les dix premiers mois de l’année 2020, le segment a enregistré 50 483 immatriculations contre 13 912 sur la même période en 2019.

En tête, les Français occupent les trois premières places du classement. Avec 5 286 immatriculations, le Peugeot 3008 hybride rechargeable termine à la première place tandis. Le DS 7 Crossback e-tense et le Renault Captur e-Tech Plug-in Hybrid complètent le podium avec respectivement 3 587 et 3 433 immatriculations.